LCI gra­tuit, c’est oui

Le CSA a dé­ci­dé hier que la chaîne d’in­fo de TF 1 ne se­ra plus payante, pro­vo­quant la co­lère de ses concur­rentes.

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - Oli­vier Schra­meck, pré­sident du CSA HÉ­LÈNE BRY

AU TERME d’un feuille­ton à re­bon­dis­se­ments, le Con­seil su­pé­rieur de l’au­dio­vi­suel (CSA) a fi­na­le­ment dit oui à LCI.

Jusque-là payante sur le câble, le sa­tel­lite et les box, la chaîne d’in­fo en conti­nu du groupe TF 1 se­ra donc dé­sor­mais dis­po­nible gra­tui­te­ment sur la TNT, dès jan­vier 2016. La France va ain­si de­ve­nir l’un des pays of­frant le plus de chaînes in­fos gra­tuites : BFMTV qui ap­par­tient à NextRa­dioTV, i>té­lé pro­prié­té du groupe Ca­nal +, LCI, France 24, et bien­tôt une pe­tite der­nière, la chaîne d’in­fo pu­blique du groupe France Té­lé­vi­sions dont la nais­sance est an­non­cée pour sep­tembre 2016.

Une bonne chose pour Oli­vier Schra­meck, le pré­sident du CSA, qui es­time que « plus il y au­ra de chaînes d’in­for­ma­tion et plus il y au­ra d’es­pace pour la dif­fu­sion et des dé­bats ».

Une ca­tas­trophe, en re­vanche, aux yeux d’Alain Weill, pré­sident de NextRa­dioTV, qui compte sai­sir le Con­seil d’Etat pour contes­ter cette dé­ci­sion. « BFMTV était la seule chaîne qui s’en sor­tait et était bonne élève. Là, le CSA tape sur la tête du bon élève », ré­sume ce­lui qui, amer, ac­cuse le gen­darme de l’au­dio­vi­suel d’avoir « aban­don­né sa mis­sion de ré­gu­la­teur », « ren­for­cé un ac­teur his­to­rique do­mi­nant (NDLR : LCI donc TF 1) au dé­tri­ment d’un nou­vel en­trant (BFMTV) » et « cé­dé à des pres­sions ex­té­rieures et po­li­tiques ».

« Je n’ai su­bi au­cune pres­sion, se dé­fend Oli­vier Schra­meck, le pré­sident du CSA, qui avait pour­tant re­fu­sé le pas­sage en gra­tuit de LCI l’an pas­sé et a donc chan­gé d’avis. Cette fois-ci l’ana­lyse éco­no­mique et ju­ri­dique de l’en­semble des chaînes d’in­for­ma­tion était plus fa­vo­rable à LCI, ajoute-t-il. Si elle res­tait payante, la chaîne ris­quait de dis­pa­raître, contrai­re­ment à BFMTV qui au­jourd’hui se porte bien et est ados­sée à un groupe puis­sant. (Al­tice, pro­prié­té de Pa­trick Dra­hi, qui pos­sède dé­jà Nu­me­ri­cable-SFR, “Libération”, “l’Express” est en­tré dans le ca­pi­tal de NextRa­dioTV, donc de BFMTV) i>té­lé dé­pend éga­le­ment d’un groupe puis­sant (Ca­nal +, pro­prié­té de Vi­ven­di). Toutes ces chaînes sont dé­sor­mais à armes égales. » Autre élé­ment qui a fait chan­ger d’avis le CSA : LCI avait as­tu­cieu­se­ment pré­sen­té un se­cond pro­jet dif­fé­rent du pre­mier, en in­sis­tant sur une offre plus ma­ga­zine que les autres.

Autre co­lère hier, celle de Pa­ris Pre­mière, qui es­pé­rait elle aus­si pas­ser en gra­tuit. Le CSA a dé­ci­dé qu’elle res­te­rait une chaîne payante. Son pré­sident Phi­lippe Bo­ny se dit at­ter­ré. « On ne com­prend pas cette dé­ci­sion. On est au­jourd’hui dans un contexte ex­trê­me­ment dif­fi­cile et nous n’avons pas d’ave­nir dans la té­lé payante, alors qu’on se bat de­puis vingt-neuf ans pour pro­po­ser une offre de qua­li­té. » Ni­co­las de Ta­ver­nost, pa­tron du groupe M 6 au­quel ap­par­tient Pa­ris Pre­mière évoque « une dé­ci­sion in­com­pré­hen­sible » et « un mé­pris du pu­blic fran­çais ». Lui aus­si va sai­sir le Con­seil d’Etat. Ré­ponse d’Oli­vier Schra­meck, au CSA : « Pa­ris Pre­mière n’est pas en si­tua­tion de risque éco- no­mique et sa marge d’au­dience est stable. » En­fin, dans cette longue li­ta­nie de dé­çus, le groupe Ca­nal + a dé­plo­ré le re­fus de la gra­tui­té pour Pla­nète + et ajou­té qu’« avec une chaîne d’in­for­ma­tion sup­plé­men­taire sur la TNT, la France de­vient le pays au monde avec le plus de chaînes d’in­for­ma­tion gra­tuites alors que ces chaînes, en par­ti­cu­lier i>té­lé, peinent à trou­ver un équi­libre. » Fi­na­le­ment, hier, seul TF 1 avait le coeur à la fête. A com­men­cer par Nonce Pao­li­ni, son PDG, qui a re­mer­cié le CSA dans un com­mu­ni­qué. Le pa­tron de la Une, qui quit­te­ra ses fonc­tions en fé­vrier, fi­nit son man­dat sur une réus­site.

« Si elle res­tait payante, la chaîne ris­quait de dis­pa­raître »

(DR.)

LCI, Boulogne-Billan­court (Hauts-de-Seine). La dif­fu­sion de la chaîne d’in­for­ma­tion sur la TNT com­men­ce­ra dès jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.