N

Voi­ci le nou­veau gou­ver­ne­ment de Pé­cresse pour l’Ile-de-France

Le Parisien (Paris) - - PARIS - Ré­mi Fé­raud, maire du Xe Un col­lec­tif de ri­ve­rains CÉ­CILE BEAULIEU

Jour J pour Va­lé­rie Pé­cresse (LR), in­tro­ni­sée pré­si­dente du con­seil ré­gio­nal d’Ile-de-France ce ma­tin. La séance d’ins­tal­la­tion se­ra di­ri­gée... par le Front na­tio­nal, JeanMi­chel Du­bois (95), 72 ans, étant le doyen des élus. Puisque Claude Bar­to­lone a dé­mis­sion­né (lire aus­si page 4), c’est Car­los Da Sil­va, dé­pu­té de l’Es­sonne, qui pré­si­de­ra le groupe so­cia­liste, tan­dis que Co­rinne Bord (93), vice-pré­si­dente sor­tante, ré­cu­pé­re­ra le siège lais­sé va­cant par le pré­sident de l’As­sem­blée na­tio­nale. Thier­ry So­lère, dé­pu­té des Hauts-de­Seine, pré­si­de­ra le groupe LR, Wal­le­rand de Saint-Just (75) le FN, Cé­line Mal­ai­sé (92) le FG, Em­ma­nuelle Cosse (75) EELV. Et l’or­ga­ni­gramme de l’exé­cu­tif au­tour de Pé­cresse se des­sine : Jé­rôme Char­tier, dé­pu­té­maire de Do­mont (95), de­vrait être pre­mier vice-pré­sident, en charge des fi­nances, Fré­dé­ric Pé­che­nard (75) vice-pré­sident char­gé de la sécurité, Geof­froy Di­dier (92) vice-pré­sident char­gé du lo­ge­ment, Stéphanie Von Euw (95) en charge des fonds struc­tu­rels eu­ro­péens, l’UDI Chan­tal Jouan­no (92) vice-pré­si­dente char­gée du dé­ve­lop­pe­ment du­rable. Sté­phane Bau­det (91) de­vrait hé­ri­ter du gros poste des Trans­ports. Pa­trick Ka­ram (75) est pres­sen­ti pour la vie as­so­cia­tive, la jeunesse et le sport. Il se mur­mure aus­si que l’UDI Laurent La­fon (94) et la LR Anne ChainLar­ché (77) au­ront un poste.

La salle de shoot ver­ra pro­chai­ne­ment le jour dans l’en­ceinte de l’hô­pi­tal La­ri­boi­sière (Xe), après moult pé­ri­pé­ties et po­lé­miques. Le pro­jet de loi de « mo­der­ni­sa­tion » du sys­tème de san­té de la mi­nistre, Ma­ri­sol Tou­raine, a été adop­té dé­fi­ni­ti­ve­ment hier par le Par­le­ment. Il va­lide l’ex­pé­ri­men­ta­tion de salles de consom­ma­tion de drogue à moindre risque (SCMR) pen­dant six ans, des­ti­nées aux toxi­co­manes pré­ca­ri­sés. La loi se­ra pro­mul­guée en jan­vier.

Dès les pre­miers bal­bu­tie­ments du pro­jet, le maire (PS) de l’ar­ron­dis­se­ment, Ré­mi Fé­raud, s’était por­té vo­lon­taire pour ac­cueillir la salle dans l’un des quar­tiers les plus tou­chés par la toxi­co­ma­nie. Elle de­vait être ins­tal­lée bou­le­vard de la Cha­pelle mais, de­vant la fronde des ri­ve­rains, c’est rue Am­broise-Pa­ré, dans un bâ­ti­ment de l’hô­pi­tal La­ri­boi­sière que des cen­taines de toxi­co­manes sont at­ten­dus. L’as­so­cia­tion Gaïa et Mé­de­cins du monde sont char­gés de su­per­vi­ser le lieu et d’as­su­rer le sui­vi sa­ni­taire et so­cial. « La salle se­ra à l’en­droit exact où se trouvent les consom­ma- teurs, dans les sec­teurs des rues de Mau­beuge et Am­broise-Pa­ré », se fé­li­cite Ré­mi Fé­raud, qui compte or­ga­ni­ser une nou­velle réunion d’in­for­ma­tion pu­blique, au dé­but de l’an­née pro­chaine, pour dé­tailler le pro­jet au­près des ha­bi­tants. Car, la salle de shoot di­vise tou­jours.

Si elle trouve des par­ti­sans, fa­vo­rables à une prise en charge thé­ra­peu­tique des toxi­co­manes, elle ren­contre éga­le­ment de fa­rouches ad­ver­saires. Pé­ti­tion des­ti­née à être adres­sée à Ber­nard Jo­mier, ad­joint (EELV) d’Anne Hi­dal­go en charge de la San­té, comptes Twit­ter et Fa­ce­book in­ti­tu­lés « Stop salle de shoot » et larges ban­de­roles ap­po­sées sur les im­meubles : le quar­tier Saint-Vincent-de-Paul est en ébul­li­tion. « Tout s’est pas­sé sans concer­ta­tion avec les ri­ve­rains ! Cette salle se­ra ins­tal­lée à deux pas de la gare du Nord, la plus grande d’Eu­rope, de la ma­ter­ni­té de La­ri­boi­sière, des écoles Bel­zunce et Ro­croy, de la crèche, s’in­digne un col­lec­tif de rive- rains. Nous su­bis­sons dé­jà tous les jours dans les halls d’im­meubles, les rues, au vu de tous, les tra­fics de Su­bu­tex et autres sub­stances. Nos en­fants marchent sur les se­ringues… Pour toutes ces rai­sons, non à la salle de shoot en zone ré­si­den­tielle ! »

Des craintes re­layées par De­bo­rah Paw­lik, élue (LR) dans le Xe, qui pointe, de son cô­té, le manque d’in­for­ma­tion mu­ni­ci­pale concer­nant le fonc­tion­ne­ment de la salle. « La pré­sence po­li­cière se­ra-t-elle ren­for­cée ? Que fe­ront les toxi­co­manes en de­hors des heures d’ou­ver­ture », s’in­ter­roge-t-elle à l’ins­tar des élus Les Ré­pu­bli­cains de Pa­ris, qui mar­tèlent : « L’hô­pi­tal de­vrait être un sanc­tuaire de san­té pu­blique. Il ne peut de­ve­nir le coeur d’un quar­tier où la drogue et son tra­fic sont lé­ga­li­sés de fait. » Ré­mi Fé­raud, quant à lui, s’il re­con­naît une cer­taine op­po­si­tion des ri­ve­rains à proxi­mi­té im­mé­diate de La­ri­boi­sière, as­sure que, pour d’autres « l’in­té­gra­tion de la salle à un site hos­pi­ta­lier est plu­tôt ras­su­rant ». La SCMR de­vrait ou­vrir avant l’été au plus tard.

« Elle se­ra à l’en­droit exact où se trouvent les consom­ma­teurs » « Nous su­bis­sons dé­jà tous les jours les tra­fics

de Su­bu­tex… »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.