Pa­ris en passe de de­ve­nir le plus grand cham­pion d’au­tomne

Ligue 1. Caen - PSG. En cas de suc­cès cet après-mi­di, le PSG dé­pas­se­ra le re­cord de points à la trêve, dé­te­nu par Lyon de­puis 2006.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - CA­NAL +, 17 HEURES DO­MI­NIQUE SÉ­VÉ­RAC

LE CHAM­PION D’AU­TOMNE a en­core un peu plus l’oc­ca­sion de nour­rir les livres d’his­toire de la Ligue 1 ou les ré­tros­pec­tives de fin de sai­son. Une vic­toire à Caen et le PSG ter­mi­ne­rait cette pre­mière moi­tié d’exer­cice avec 51 points, ef­fa­çant des ta­blettes le re­cord de Lyon en dé­cembre 2006, nan­ti de 50 uni­tés et une dé­faite. Pa­ris, lui, de­meure in­vain­cu, un autre de ses chal­lenges et re­cords po­ten­tiels en mai 2016. Les Pa­ri­siens en­ta­me­ront la ren­contre en con­nais­sant cette pos­si­bi­li­té. « Ils en se­ront in­for­més, souffle Laurent Blanc. Si ce­la peut ra­jou­ter une mo­ti­va­tion sup­plé­men­taire, ce se­ra une bonne chose. »

Autre re­cord en jeu : si Pa­ris fait mieux qu’An­gers au­jourd’hui, il bat­tra éga­le­ment l’avance sur le dau­phin à la trêve. En 2006, l’OL comp­tait 15 points de plus que Lens.

Mar­quer les es­prits et en­tre­te­nir sa propre lé­gende, l’équipe de Laurent Blanc s’y em­ploie de­puis l’an­née der­nière en as­sé­chant le mar­ché na­tio­nal (tous les tro­phées dis­po­nibles ra­flés). Le re­cord du soir ren­seigne en fait sur l’idée de pro­gres­sion du club, dé­ci­dé chaque an­née à s’amé­lio­rer. De­puis août der­nier, les Pa­ri­siens avancent sur des bases très éle­vées, re­pei­gnant la Ligue 1 aux cou­leurs bleu et rouge.

« On réa­lise une phase al­ler très sa­tis­fai­sante, en termes de points, mais aus­si de jeu, com­mente le tech­ni­cien en poste de­puis l’été 2013. Même si le jeu est le même de­puis un cer­tain temps, on est plus ef­fi­caces. On l’a dé­mon­tré. On a mar­qué 60 buts en 26 matchs. Et on n’en a pris que 10. La phase al­ler est ex­cel- lente. J’es­père que le re­tour se­ra du même aca­bit, voire meilleur. »

Le Lyon 2006-2007 n’avait ré­col­té que 31 points de plus lors de la deuxième par­tie de cham­pion­nat. Et comme il est tou­jours mar­rant de re­gar­der dans le ré­tro, rap­pe­lons que, cette sai­son-là, le PSG avait fi­ni à la 16e place avec 14 dé­faites. Il pa­raît que cer­tains sont nos­tal­giques de cette époque…

Pour l’ins­tant, Pa­ris n’a fait au­cune dif­fé­rence entre le top 10 du Cham­pion­nat de France et le reste, même s’il a ré­cem­ment bu­té sur An­gers (0-0), l’un de ses trois nuls (avec Bor­deaux et Reims). Un der­nier ef­fort avant la trêve et Pa­ris pour­rait alors de­man­der au Père Noël de conser­ver la même hotte au jeu en 2016, sou­vent ali­men­tée par un Ibra­hi­mo­vic qui re­monte le temps. Zla­tan, dont on s’est in­ter­ro­gé sur l’éven­tuel dé­clin, a ren­voyé les ob­ser­va­teurs à leurs fines ana­lyses et ra­jeu­nit à chaque sor­tie. Mer­cre­di, il s’est même per­mis de jouer à chi­fou­mi et son ci­seau a per­du contre le bois de la barre trans­ver­sale de Saint-Etienne. Blanc es­père des amé­lio­ra­tions dans tous les do­maines. Il fau­dra en re­par­ler plus tard parce que, pour l’ins­tant, le PSG se donne dé­jà en spec­tacle.

nCa­va­ni et Pas­tore ne fi­gurent pas dans le groupe qui est ar­ri­vé à Caen, hier soir. L’Uru­guayen res­sent tou­jours une dou­leur à un mol­let, suite à un coup re­çu face à Lyon. L’Ar­gen­tin est, quant à lui, tou­jours en dé­li­ca­tesse avec ses ad­duc­teurs. Blanc de­vrait ali­gner son équipe type, Lu­cas pre­nant la place de Ca­va­ni.

« J’es­père que la phase re­tour se­ra du même aca­bit, voire meilleure »

Laurent Blanc, en­traî­neur du PSG

(Si­pa/J.E.E..)

Parc des Princes (Pa­ris), le 22 sep­tembre. Avec un Zla­tan de re­tour au som­met de son art et un Di Ma­ria ma­gique à la ba­guette, Pa­ris a toutes les chances d’im­pri­mer un peu plus sa marque sur le cham­pion­nat.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.