Raz­zia sur l’ivoire au Viêt Nam

Le Parisien (Paris) - - LE MONDE BOUGE - NA­THA­LIE RE­VE­NU

PRÈS DE 3 TONNES d’ivoire, des­ti­nées au mar­ché noir viet­na­mien et chi­nois, ont été sai­sies au Viêt Nam et en Thaï­lande. Dans le port de Hai Phong, dans le nor­dest du Viêt Nam, ce sont 2,2 t de dé­fenses d’élé­phants im­por­tées du Mo­zam­bique par ba­teau, ca­chées dans des sacs de fèves, qui ont été dé­cou­vertes jeu­di. En Thaï­lande, 700 kg d’ivoire ont été ré­cu­pé­rés par les au­to­ri­tés sur l’île tou­ris­tique de Koh Sa­mui, dans le sud du royaume. L’ivoire était ca­ché dans un ba­teau, dans un conte­neur des­ti­né au Laos. Le Viêt Nam a in­ter­dit le com­merce de l’ivoire en 1992, mais le mar­ché noir reste très ac­tif. Jus­qu’à 50 000 élé­phants sont tués par an en rai­son du bra­con­nage de l’ivoire. Le Viêt Nam est l’un des points noirs du com­merce lié aux es­pèces en voie de dis­pa­ri­tion, comme les cornes de rhi­no­cé­ros, ca­pables de gué­rir du can­cer se­lon une croyance ré­pan­due.

Maher, Arabe mu­sul­man, ha­bite le French Car­mel, sur les hau­teurs de la ville. Son im­meuble res­semble à une tour de Ba­bel, sauf qu’ici tout le monde se parle. « Mes voi­sins sont mu­sul­mans, juifs, druzes… nous al­lons aux ma­riages et aux en­ter­re­ments des uns et des autres. Nos que­relles ne sont en fait que les pro­blèmes de voi­si­nage, pas de re­li­gion. » Alors qu’Is­raël est en­san­glan­té de­puis oc­tobre par « l’in­ti­fa­da des cou­teaux », Haï­fa a été épar­gné. Si­tué à 170 km des foyers de ré­bel­lion de Cis­jor­da­nie, il a res­sen­ti l’onde de choc. Hi­la l’a consta­té dé­but oc­tobre, au plus fort des ten­sions : « Je n’étais vrai­ment pas ras­su­rée. Mais c’était la même chose pour mes amis arabes.

ÉGYPTE

ISRAËLISRAË

La peur était des deux cô­tés. » De­puis, cette crainte dif­fuse s’est dis­si­pée. « Nos liens sont suf­fi­sam­ment so­lides, même s’il existe des ti­raille­ments, ça ne casse pas », ana­lyse la jeune femme. Maher est plus nuan­cé : « Le sou­ci n’est pas dans les re­la­tions entre Arabes et Juifs, mais dans l’éga­li­té des droits. Nous Arabes, nous payons les mêmes im­pôts que les Juifs mais n’avons pas les mêmes droits. »

Dans cette ville ac­quise de­puis tou­jours à la gauche, Yo­na Ya­hav, le maire, ex-membre du Par­ti tra­vaillis- te, veille à cet équi­libre au sein même de son équipe. « Mon ad­joint au bud­get est arabe ain­si que ma se­cré­taire per­son­nelle. Nous vi­vons dans une ville nor­male. Ce qui est pos­sible ici doit l’être dans le monde en­tier ! » Il dis­pense vo­lon­tiers ses bonnes re­cettes à ses ho­mo­logues eu­ro­péens. « Ré­cem­ment, les Al­le­mands ont vou­lu sa­voir com­ment nous avions réus­si à in­té­grer plus de 100 000 im­mi­grants russes en à peine trois ans, au dé­but des an­nées 1990 », sou­rit-il.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.