N

Des agents de sécurité « in­vi­sibles »

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ - FL.M.

Un épais cor­don de sécurité ac­cueille les clients. Vé­ri­fi­ca­tion des sacs, ou­ver­ture des man­teaux, dé­tec­tion des mé­taux… Les mil­liers de per­sonnes qui fran­chi­ront les portes des Ga­le­ries La­fayette au­jourd’hui n’y échap­pe­ront pas. « Si ce­la crée trop d’em­bou­teillages, on ou­vri­ra des portes sup­plé­men­taires et on y re­dé­ploie­ra des agents », ex­plique le res­pon­sable de la sécurité du ma­ga­sin. Les Ga­le­ries sont sur le qui-vive de­puis les at­ten­tats. « On sait que le risque est là, concède-t-il, mais nous sommes très or­ga­ni­sés et en alerte per­ma­nente. »

Ren­for­cer les dis­po­si­tifs

Cette se­maine, une réunion avec la pré­fec­ture et les forces de l’ordre a été or­ga­ni­sée pour ren­for­cer les dis­po­si­tifs. Aux mi­li­taires sur le bou­le­vard, po­li­ciers en te­nue et bri­gade an­ti­cri­mi­na­li­té en ci­vil vont s’ajou­ter en­core plus d’agents en ma­ga­sin, dont l’ef­fec­tif a dé­jà été aug­men­té de 60 per­sonnes de­puis le 13 no­vembre. « Il y au­ra sur­tout plus d’in­vi­sibles », re­prend le pa­tron de la sécurité, ces agents qui se mêlent aux clients afin de re­pé­rer des com­por­te­ments sus­pects. Une se­maine après les at­ten­tats, le ma­ga­sin avait re­te­nu son souffle. Le « cli­que­tis » de l’ar­me­ment des po­li­ciers en train d’in­ter­pel­ler un in­di­vi­du sus­pect à proxi­mi­té avait pro­vo­qué un mou­ve­ment de pa­nique jus­qu’à l’in­té­rieur du site. Les ri­deaux mé­tal­liques avaient dû être fer­més avec les clients à l’in­té­rieur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.