« Je suis dé­goû­té ! »

Le Parisien (Paris) - - SPORTS ILE-DE-FRANCE - Pro­pos recueillis par FRANCK GINESTE

LA NOU­VELLE est tom­bée comme un coup de mas­sue. Après son opé­ra­tion au ge­nou droit, qui l’avait éloi­gné des ta­ta­mis entre avril 2014 et fé­vrier 2015, Da­vid La­rose (30 ans) n’a pas été re­te­nu pour le Grand Slam de Pa­ris (6 et 7 fé­vrier), étape dé­ci­sive vers les JO de Rio en août. La Fé­dé­ra­tion fran­çaise lui a pré­fé­ré Loïc Kor­val (Long­ju­meau-Mas­sy), n° 1 des - 66 kg, mais sur­tout des ju­do­kas moins bien clas­sés au ni­veau mon­dial comme Ma­thias Bou­cher (Mon­treuil), Ki­lian Le Blouch (Long­ju­meau-Mas­sy), Ké­vin Azema (Mai­sons-Al­fort) et Fa­rid Ben Ali (Chil­ly-Ma­za­rin) en ré­ser­viste. De­puis Vienne (Au­triche), où il dis­pute ce week-end avec Sainte-Ge­ne­viève la Gol­den League, la Ligue des cham­pions des clubs, le double vain­queur à Pa­ris (2012 et 2013) laisse ex­plo­ser sa co­lère. Com­ment avez-vous ac­cueilli votre non-sélection ? DA­VID LA­ROSE. Je suis dé­goû­té. J’ai ap­pe­lé les en­traî­neurs na­tio­naux, mais je n’ai pas réus­si à les joindre. Je ne me contente pas des ex­pli­ca­tions du res­pon­sable du co­mi­té de sélection (Ro­ger Vachon) que j’ai lues sur la Toile (sur le site All­ju­do). Que si j’avais été cham­pion de France, j’au­rais fait Pa­ris. Que mon manque de résultats ne jouait pas en ma fa­veur… Ce n’est pas cré­dible. Sur­tout en an­née olym­pique. Con­si­dé­rez-vous cette dé­ci­sion comme une sanc­tion ? C’est plus qu’une sanc­tion. C’est comme si on me di­sait : « On n’a pas en­vie que tu fasses les Jeux ! On a dé­jà notre qua­li­fié olym­pique. » C’est dur à di­gé­rer. Laë­ti­tia Blot (Pon­tault-Com­bault, ré­ser­viste en - 57 kg) et moi sommes les seuls des der­niers Mon­diaux à ne pas être pris pour Pa­ris. On doit avoir au moins la dé­li­ca­tesse d’ap­pe­ler ses ath­lètes, c’est la moindre des choses. On n’est pas des m… ! Par contre, quand on brille, tout le monde est content. Pen­siez-vous que votre sta­tut de n° 2 suf­fi­rait ? Ap­pa­rem­ment, non. OK, je n’ai pas dé­cro­ché de mé­dailles in­ter­na­tio­nales de­puis mon re­tour de bles­sure. OK, j’ai per­du des places au classe- ment mon­dial. Mais ce­la doit-il pour au­tant si­gner mon ar­rêt ? On pré­fère des mecs 40e mon­diaux ou au-de­là, plu­tôt que moi, 28e. Qu’on choi­sisse quel­qu’un de plus per­for­mant, d’ac­cord. Mais là, ce n’est pas le cas. Al­lez-vous contes­ter votre non-sélection comme cer­tains l’ont fait par le pas­sé ? Je ne suis pas le mec qui va s’amu­ser à ça. Je veux juste qu’on me donne de vrais ar­gu­ments, qu’on me dise la vé­ri­té, et pas des men­songes. Gar­dez-vous es­poir d’al­ler à Rio ? Ne pas faire Pa­ris ajoute une bar­rière sup­plé­men­taire. Plus ça va, plus l’étau se res­serre, mais mon but reste de faire les Jeux et les Mon­diaux der­rière. Je n’aban­don­ne­rai pas. Hier Beau­vais - Sète............................ 0- 3 Ajac­cio - Nar­bonne ..................... 3-0 Au­jourd’hui, 15 heures Tours - Lyon ( l’Equipe 21) 20 heures

PA­RIS - Nan­cy

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.