Bes­ne­hard soigne ses ac­trices

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - ALAIN GRAS­SET YVES JAEGLÉ

Avant Noël, nous de­man­dons chaque jour à une per­son­na­li­té de nous li­vrer ses idées de ca­deaux. SON ÉTOILE du « Pa­ri­sien » ré­com­pen­sant la sé­rie té­lé­vi­sée « Dix pour cent » l’a com­blé de joie lun­di der­nier au Ca­ba­ret Sau­vage (XIXe ar­ron­dis­se­ment). Le pro­duc­teur Do­mi­nique Bes­ne­hard a po­sé son tro­phée — une fausse une du « Pa­ri­sien » en­ca­drée — en bonne place dans les bu­reaux de sa so­cié­té, Mon Voi­sin Pro­duc­tions, où il pré­pare jus­te­ment la suite de « Dix pour cent » pour France 2 ain­si qu’un long-mé­trage que réa­li­se­ra la Tu­ni­sienne Ra­ja Ama­ri.

Dalle et Baye chou­chou­tées

Pour l’an­cien di­rec­teur de cas­ting, ex-agent d’Art­me­dia, vie pro­fes­sion­nelle et vie pri­vée sont liées. La preuve : ce soir, il se ren­dra au Théâtre An­toine pour voir la pièce « L’être ou pas » avec Pierre Ar­di­ti et Da­niel Rus­so. « Ma fa­çon de sou­te­nir les théâtres, qui sont à moi­tié vides de­puis le 13 no­vembre », af­firme Bes­ne­hard, qui ira dî­ner avec Béa­trice Dalle après la re­pré­sen­ta­tion « pour fê­ter son an­ni­ver­saire ». Comme Na­tha­lie Baye et d’autres ac­trices dont il est de­ve­nu l’ami, Béa­trice Dalle se ver­ra of­frir son ca­deau pour Noël. « Pour elles, je choi­sis tou­jours un pe­tit

ob­jet sur­pre­nant dé­nic­hé chez un pe­tit an­ti­quaire de la rue du Pont de Ne­mours dans le XVIIe ar­ron­dis­se­ment. »

Evi­dem­ment, Do­mi­nique pas­se­ra le jour de Noël avec sa famille. « On dé­jeune au res­tau­rant, car je suis nul en cui­sine, à l’ex­cep­tion de la mousse au cho­co­lat, confie-t-il. Là, c’est la grande dis­tri­bu­tion des ca­deaux. J’offre à ma ma­man, qui a 92 ans, à ma soeur et à mes ne­veux et nièces des livres de ci­né­ma et des DVD, ain­si que la sé­rie Dix pour cent. » Par­mi ses em­plettes de Noël fi­gurent un bel ou­vrage sur Woo­dy Al­len, un autre sur Pierre Etaix et le jour­nal épis­to­laire du réa­li­sa­teur ita­lien Vit­to­rio De Si­ca. « Des bou­quins que j’achète moi-même », pré­cise-t-il.

En famille le 25 dé­cembre, mais avec ses amis la veille. « C’est une tra­di­tion : de­puis une ving­taine d’an­nées, on fait le ré­veillon chez Or­lan­do, le frère de Da­li­da, à Mont­martre. On ar­rive tous avec un ca­deau que l’on met sous la table. Et on pro­cède en­suite à un ti­rage au sort qui ré­serve beau­coup de sur­prises. Une fois, j’ai re­çu le ca­deau que j’avais ap­por­té. C’est drôle et sym­pa. »

de Tom Shone, Ed. Gründ, 34,95 € ;

d’Odile et Marc Etaix, Arte Edi­tions, 39 € ;

Vit­to­rio De Si­ca,

Ed. Ro­bert Laf­font, 18 €. une ex­po­si­tion bien em­bal­lée, au gé­né­rique im­pres­sion­nant. Des sacs conçus par So­fia Cop­po­la, si­glés SC. Des robes de soi­rée de Gre­ta Gar­bo, Ka­tha­rine Hep­burn et Liz Tay­lor, prê­tées par le mu­sée Gal­lie­ra. Une scé­no­gra­phie de Ro­bert Car­sen, met­teur en scène d’opé­ra, qui a or­ches­tré de grandes ex­po­si­tions à Or­say, comme « l’Im­pres­sion­nisme et la mode ».

Pour­tant, « Vo­lez, vo­guez, voya­gez » ne pré­sente, à la base, que des malles et des sacs. L’ex­po­si­tion, à la gloire de la marque Louis Vuit­ton, pré­sen­tée gra­tui­te­ment au Grand Pa­lais, montre com­ment la mai­son créée par Louis Vuit­ton en 1854 à Pa­ris a ra­pi­de­ment at­ti­ré les élé­gantes avant d’en­trer dans une forme de culture, d’art de vivre. Le par­cours re­des­sine le dé­sert, une voile de stea­mer, les ailes de l’un des pre­miers avions, re­cons­ti­tue un wa­gon Pull­man dans le­quel on voit même dé­fi­ler un pay­sage. Comme les grands col­lec­tion­neurs ont per­mis aux peintres de se dé­ve­lop­per, les com­mandes de riches par­ti­cu­liers ont don­né nais­sance aux ob­jets phares de la mai­son.

De grands noms à l’hon­neur

Tous ces ba­gages de luxe dé­filent, comme ces malles pique-nique adap­tées aux pre­mières au­to­mo­biles, conçues pour être ex­tir­pées ra­pi­de­ment par le per­son­nel des hô­tels. Une boîte à livres ayant ap­par­te­nu à Yves Saint Laurent voi­sine avec une che­mise de nuit por­tée par Lau­ren Ba­call. Dans les salles, des mé­dia­trices per­mettent au pu­blic de par­ler tech­nique. Des vi­si­teuses leur posent des ques­tions par­fois très poin­tues sur les dif­fé­rentes qua­li­tés de cuir.

Bien sûr, ce « voyage au coeur d’une famille et d’un ar­ti­sa­nat » ra­conte une épo­pée aux an­ti­podes des pre­miers congés payés du Front po­pu­laire et des pho­tos de Ro­bert Dois­neau. On se croi­rait dans une scène de « Down­ton Ab­bey » avec l’aris­to­cra­tie an­glaise, dans ces man­teaux de four­rure cache-pous­sière pour ne pas prendre froid dans les au­to­mo­biles des an­nées 1920.

jus­qu’au 21 fé­vrier, tous les jours pen­dant les va­cances, 10 heures-20 heures, 22 heures mer­cre­di, ven­dre­di et sa­me­di, Grand Pa­lais (Pa­ris VIIIe), gra­tuit.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.