Al­lez Fan­ny !

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - Y.J.

Jus­qu’à l’élec­tion de Miss France, ce soir à Lille et en di­rect sur TF 1, nous sui­vons la pré­pa­ra­tion de Fan­ny Har­caut, Miss Ile-de-France. C’EST L’HEURE du vote. « Ta­pez 1, 6 ou 9 » pour telle ou telle can­di­date. Fan­ny Har­caut, Miss Ile-deF­rance, que nous sui­vons de­puis une se­maine, veut y croire. Elle ne fait pas par­tie des fa­vo­rites, mais ai­me­rait faire beau­coup pour sa ré­gion, son pays : « Mon rôle, c’est de re­don­ner le sou­rire au pays. De ras­sem­bler les Fran­çais. Etre la fier­té d’un pays, c’est quelque chose. Après les at­ten­tats, une Miss doit rap­pro­cher les gens en­core plus, al­ler à leur ren­contre. » Comme une reine, au fond. Un rôle sym­bo­lique, de bien­veillance et d’élé­gance.

Que de­man­der à une Miss ? A une jeune femme de 19 ans qui vit en­core chez ses pa­rents ? « J’ai­me­rais que les Pa­ri­siens se sentent concer­nés, que les ha­bi­tants de l’Ile-de-France sentent qu’ils ont quelque chose en com­mun. Pour- quoi pas à tra­vers une Miss… » Bien sûr, c’est un peu lé­ger, c’est même le but : se chan­ger les idées. Si nous étions 8,5 mil­lions de cu­rieux l’an der­nier, de­vant TF 1, c’est que nous ai­mons nos Miss. Les An­glais, les Belges, les Hol­lan­dais, les Es­pa­gnols ont bien des prin­cesses, eux.

Fan­ny Har­caut, joueuse de volley, fan de foot, sup­por­trice du PSG, connaît ses va­leurs, ses cou­leurs : « Le sport, c’est à la fois la com­pé­ti­tion et le par­tage. C’est un bon édu­ca­teur de vie. On s’af­fronte et, quand le match est ter­mi­né, tout re­de­vient nor­mal. » Si elle perd et ne dé­croche pas au moins une place par­mi les 12 fi­na­listes, ce qui per­met à ces der­nières de par­ti­ci­per en­suite toute l’an­née aux ga­las Miss France, Fan­ny se­ra « dé­çue ». Al­lez Miss Ile-de-France !

Lille, hier. Fan­ny Har­caut es­père bien fi­gu­rer par­mi les 12 fi­na­listes.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.