En ca­serne au Fort de l’Est avec les mi­li­taires de Vi­gi­pi­rate

De­puis les at­ten­tats, 6 500 hommes sont dé­ployés dans la ré­gion. Des cen­taines d’entre eux sont hé­ber­gés, no­tam­ment, en Seine-Saint-De­nis, dont 600 au Fort de l’Est à Saint-De­nis. Nous sommes al­lés à leur ren­contre.

Le Parisien (Paris) - - PARIS -

VOUS LES AVEZ PEUT-ÊTRE dé­jà croi­sés, en pe­tit groupe et en ci­vil, à la sor­tie du mé­tro, ou vous les avez aper­çus en train de cir­cu­ler dans leurs vé­hi­cules si­glés Vi­gi­pi­rate. Ou sta­tion­ner près des sites sen­sibles. 6 500 mi­li­taires sont dé­ployés en Ilede-France. Et par­mi eux, plu­sieurs cen­taines d’hommes vivent dans le Fort de l’Est à Saint-De­nis (Sei­neSaint-De­nis).

Si­tué en bor­dure de l’A 1, ce site est l’un des prin­ci­paux lieux d’hé­ber­ge­ment des mi­li­taires mo­bi­li­sés de­puis les at­ten­tats, dans le cadre du plan Sen­ti­nelle. « Avec en­vi­ron 600 sol­dats, le Fort de l’Est est le prin­ci­pal site du 93, avec Du­gny qui ac­cueille 120 sol­dats, in­dique le co­lo­nel Be­noît Bru­lon, porte-pa­role de Sen­ti­nelle. Le lieu est re­la­ti­ve­ment adap­té, même si on est un peu com­pres­sés. »

La plu­part des sol­dats sont ar­ri­vés en oc­tobre

Dans un cou­loir étroit d’une des belles bâ­tisses en meu­lière da­tant de 1844, une poi­gnée de mi­li­taires bou­quinent ou font du ran­ge­ment. « Ici, ils sont 13 à dor­mir. Ce­la dé­pend de la taille des pièces, les sol­dats sont entre 4 et 16 par chambre », dé­taille le com­man­dant Thi­baut, en charge du centre opé­ra­tion­nel. « De là, on as­sure le sui­vi des troupes sur le ter­rain, on pla­ni­fie les opé­ra­tions, on par­tage les in­for­ma­tions et on règle les ques­tions lo­gis­tiques », pour­sui­til, de­vant les cartes de la ré­gion dé­cou­pée en « zones d’ac­tions ».

« On a pa­trouillé aux Li­las, à Pan­tin, Au­ber­vil­liers, La Cour­neuve, Saint-De­nis, de­vant des sy­na­gogues, des écoles », ex­plique le maréchal des lo­gis Guillaume, chef de cette cham­brée de 13 mi­li­taires. Comme la plu­part des pen­sion­naires, il n’est ar­ri­vé que fin oc­tobre à Saint-De­nis, en pro­ve­nance du 2e ré­gi­ment du ma­té­riel de Poi­tiers, dans le cadre de la re­lève des 4 000 hommes mo­bi­li­sés en Ile-de-France. Moins de 15 jours plus tard, Pa­ris et Saint-De­nis étaient frap­pés par les at­ten­tats.

« On a chan­gé de rythme, re­con­naît Thi­baut, qui vient quant à lui du 35e ré­gi­ment d’in­fan­te­rie de Bel­fort. Du 13 au 18 no­vembre, on a tour­né à 100 %. Les ren­forts sont ar­ri­vés le 21 no­vembre. » L’oc­ca­sion de souf­fler

(LP/J.-G.B.)

Guillaume ve­nu de Poi­tiers, est le chef de cette chambre de 13 sol­dats. En mis­sion Vi­gi­pi­rate pour six se­maines, ils pa­trouillent sur dif­fé­rents sites sen­sibles du sec­teur et bé­né­fi­cient de deux jours de re­lâche par se­maine. Le site est as­sez adap­té pour tous les ac­cueillir au mieux, même si les mi­li­taires y sont «un peu com­pres­sés».

Saint-De­nis.

(à g.),

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.