« Un re­gain d’op­ti­misme »

Le Parisien (Paris) - - ACTUALITÉ - Pro­pos recueillis par FL.M.

UN NOËL tardif, son­né par les at­ten­tats, mais gé­né­reux. C’est ce qu’an­nonce Sté­phane Rim­beuf, res­pon­sable de la consom­ma­tion chez De­loitte, le ca­bi­net de conseils qui a in­ter­ro­gé les Fran­çais après les at­taques du 13 no­vembre*. Pour­quoi y a-t-il au­tant de monde ce week-end dans les ma­ga­sins ? STÉ­PHANE RIM­BEUF. Dé­jà parce que les évé­ne­ments de no­vembre ont conduit les Fran­çais à dé­ca­ler leurs achats. Dans notre grande étude réa­li­sée en oc­tobre (NDLR : 1 800 per­sonnes in­ter­ro­gées), 50 % d’entre eux pré­voyaient de faire leurs achats avant fin no­vembre. Ils sont au­jourd’hui 57 % à dire au contraire que leurs courses res­tent à ef­fec­tuer. Une grande par­tie va les faire, là, juste avant Noël. La se­conde ex­pli­ca­tion est que les Fran­çais sont por­tés par un re­gain d’op­ti­misme qui de­vrait se ma­ni­fes­ter par une hausse de leur bud­get de 4,5 % par rap­port à l’an pas­sé (lire ci-contre). Dans ce contexte par­ti­cu­lier, ils ont le sou­hait de gâ­ter leurs proches. Plus que ja­mais, Noël semble une va­leur phare. Les pro­mos ne jouent-elles pas ? C’est un fort in­ci­ta­teur. On voit ap­pa­raître beau­coup de ventes pri­vées et de pro­mo­tions qui semblent anor­males à cette pé­riode. Ce­la est lié à l’aug­men­ta­tion de la concur­rence et est une ré­ponse au com­merce élec­tro­nique. Il y a aus­si un ef­fet de re­port. Beau­coup de marques avaient pré­vu des pro­mos en no­vembre, qu’elles n’ont pas faites, faute de monde dans les bou­tiques. Quant au tex­tile, il a be­soin de sti­mu­ler ses ventes à cause d’une mé­téo clé­mente peu fa­vo­rable à l’achat de pièces d’hi­ver. Jus­qu’à pré­sent, seul l’e-com­merce sem­blait ti­rer son épingle du jeu… In­ter­net a été im­por­tant dans la ré­par­ti­tion des achats jus­qu’à fin no­vembre. Mais les bou­tiques ont lar­ge­ment re­pris le des­sus. Jus­qu’à 24,80 % des per­sonnes in­ter­ro­gées disent qu’elles fe­ront leurs ca­deaux en ma­ga­sin. La crainte de ne pas être li­vré à temps ex­plique cette ten­dance. Il faut donc bien s’at­tendre à voir la foule jus­qu’au ré­veillon ! * 1 311 consom­ma­teurs in­ter­ro­gés en ligne du 2 au 4 dé­cembre. nLE VI­RUS ZI­KA A VOYA­GÉ, comme le re­dou­taient les au­to­ri­tés sa­ni­taires cet été. Après la dengue et le chi­kun­gu­nya, c’est le nou­veau vi­rus qui se ré­pand par l’in­ter­mé­diaire du fa­meux mous­tique-tigre. Les deux pre­miers cas de zi­ka ont été iden­ti­fiés en Guyane et en Mar­ti­nique, a an­non­cé hier le mi­nis­tère de la San­té. Les symp­tômes sont le plus sou­vent de type grippal avec des érup­tions cu­ta­nées. Il n’existe pas de trai­te­ment cu­ra­tif, les au­to­ri­tés re­com­mandent donc de se pro­té­ger contre les pi­qûres de mous­tiques. Une épi­dé­mie touche ac­tuel­le­ment neuf pays d’Amé­rique la­tine, après avoir sé­vi en Po­ly­né­sie fran­çaise en 2013-2014. nDOUZE NOU­VEAUX FOYERS de grippe aviaire ont été iden­ti­fiés dans le Sud-Ouest, dont un pre­mier cas dans les Hau­tesPy­ré­nées, por­tant à 42 le nombre d’éle­vages tou­chés. Le mi­nis­tère de l’Agri­cul­ture a im­po­sé de nou­velles me­sures de bio­sé­cu­ri­té vi­sant à « as­sai­nir les zones de production de vo­lailles » dans toute l’Aqui­taine ain­si que dans les dé­par­te­ments voi­sins du Gers, des Hau­tesPy­ré­nées et de la Haute-Vienne, ain­si que quelques com­munes du Lot et de Cha­rente. nDES OBUS da­tant de la Pre­mière Guerre mon­diale ont ex­plo­sé na­tu­rel­le­ment, hier, dans un champ à Sailly-en-Os­trevent, dans le Pas-de-Ca­lais. Un cas ex­cep­tion­nel, qui n’a pas fait de vic­time. Il s’agit « d’une explosion sou­ter­raine qui a oc­ca­sion­né un im­por­tant cra­tère de six mètres de pro­fon­deur et de dix mètres de dia­mètre », a pré­ci­sé la pré­fec­ture.

(LP/Hum­ber­to de Oli­vei­ra.)

Foie gras, fro­mage, al­cool... pas ques­tion de se pri­ver, l’im­por­tant est de tout consom­mer avec mo­dé­ra­tion.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.