La «pire an­née de­puis 20 ans» pour le mar­ché de La Dé­fense

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE - ARIANE RIOU

LES AL­LÉES SONT BIEN PLUS vides qu’à l’ac­cou­tu­mée. Hier, à quelques jours du ré­veillon, sur le par­vis de La Dé­fense, le mar­ché de Noël en­caisse le contre­coup des at­ten­tats du 13 no­vembre. « C’est la pire an­née de­puis vingt ans qu’on s’ins­talle ici, souffle Lau­rence, qui tient un stand de pains d’épices. Mais on est obli­gé de tra­vailler, même si on vient avec la boule au ventre. »

A quelques mètres d’elle, Ghis­laine dresse le même constat. « On sent que cer­tains clients sont in­quiets. Quelques-uns m’ont même avoué que leur conjoint n’était pas ve­nu avec eux parce qu’il avait trop peur, confie cette ven­deuse de cha­peaux. Cette an­née, il a man­qué cette pe­tite ma­gie de Noël. »

Quelques jours après le 13 no­vembre, le par­quet de Pa­ris avait ré­vé­lé que La Dé­fense était éga­le­ment vi­sée par un pro­jet d’at­ten­tat. Eme­line et Bé­ryl ont tout de même fait le dé­pla­ce­ment « pour fai- re un pied de nez aux ter­ro­ristes ». « Il y a des contrôles à chaque en­trée, alors pour quoi avoir peur ? » sou­rit Eliane, re­trai­tée. Le mar­ché fer­me­ra ses portes le 27 dé­cembre.

(LP/A.R.)

La Dé­fense, hier. De­puis les at­ten­tats, les al­lées du tra­dion­nel mar­ché de Noël sont dé­ser­tées par les clients. Quant aux mar­chands, ils viennent tra­vailler «la boule au ventre».

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.