Ma­gique

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - THIER­RY DAGUE RE­NAUD BA­RO­NIAN

réa­li­sé par Jacques De­my en 1970. Avec Ca­the­rine De­neuve, Jean Ma­rais. Du­rée : 1 h 25. FRANCE 4, 20 H 50. Ca­the­rine De­neuve qui fait la po­pote en robe de prin­cesse tout en fre­don­nant la « Re­cette pour un cake d’amour », Del­phine Sey­rig en fée ma­li­cieuse qui chante « Mon en­fant, on n’épouse ja­mais ses pa­rents »… On pour­rait pas­ser des heures à lis­ter toutes les scènes cultes de ce « Peau d’âne » en­chan­té et en­chan­teur, qui a fait rê­ver plu­sieurs gé­né­ra­tions de­puis qua­ran­te­cinq ans. A par­tir de l’his­toire de Charles Per­rault, celle d’une prin­cesse obli­gée de se ca­cher sous une peau d’âne pour fuir son père in­ces­tueux, Jacques De­my ma­rie l’ima­gi­naire des contes de fées à une es­thé­tique psy­ché­dé­lique. Les mé­lo­dies de Mi­chel Le­grand sont ma­giques. Prêts à re­prendre en choeur ? « Pré­pa­rez votre, pré­pa­rez votre pâte/Dans une jatte, dans une jatte plate… »

de Ch­ris Re­naud et Pierre Cof­fin, avec les voix de Gad El­ma­leh et Au­drey La­my. Du­rée : 1 h 38. TF 1, 20 H 55. Ayant dé­sor­mais re­non­cé aux ac­ti­vi­tés cri­mi­nelles, de­puis qu’il a adop­té trois or­phe­lines, Gru, le plus grand méchant du monde, est re­cru­té par une or­ga­ni­sa­tion gou­ver­ne­men­tale pour mettre fin aux ra­vages oc­ca­sion­nés par un nou­veau su­per­vi­lain dia­bo­lique. Dans le cadre de cette mis­sion, il va pou­voir comp­ter sur Lu­cy, une nou­velle co­équi­pière, et sur ses Mi­nions, créa­tures jaunes à son ser­vice, plus dé­chaî­nées que ja­mais…

Ce deuxième vo­let de la sa­ga « Moi, moche et méchant », in­édit en clair, a été le film le plus vu au ci­né­ma en France en 2013 avec 4,5 mil­lions d’en­trées. Lo­gique : plus ébou­rif­fant que le pre­mier, il met en scène un Gru as­sa­gi mais en­core plus drôle, qui va af­fron­ter un ri­val dia­bo­lique dans une ava­lanche de gags et de scènes spec­ta­cu­laires qui en mettent plein la vue. Sur­tout, après le suc­cès du pre­mier film, où les spec­ta­teurs avaient com­plè­te­ment cra­qué sur les Mi­nions, ces pe­tits per­son­nages dé­li­rants qui s’expriment par ono­ma­to­pées ont vu leur im­por­tance croître : c’est à eux, qui livrent un vé­ri­table fes­ti­val de pi­tre­ries, que l’on doit les si­tua­tions co­miques les plus folles du film. A voir ab­so­lu­ment en famille.

(Prod.)

Les mi­nions ne sont pas à un

gag près.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.