Le PSG, cham­pion toutes ca­té­go­ries

En dé­mons­tra­tion hier à Caen (3-0), les Pa­ri­siens ont bou­clé la pre­mière par­tie de sai­son avec un to­tal re­cord de 51 points.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - Caen (Cal­va­dos) De l’un de nos en­voyés spé­ciaux DO­MI­NIQUE SÉ­VÉ­RAC

LES PRO­ME­NADES en Nor­man­die comptent par­mi les plus belles de France. Le PSG, il ne faut pas lui en pro­mettre plus. Il l’a ex­pé­ri­men­té à sa fa­çon, en ve­nant prendre l’air à Caen tout en col­lant une tran­quille fes­sée (0-3), qui rap­pelle au 4e de la Ligue 1 que le roi du Cham­pion­nat de France n’a pas de su­jets. C’est un royaume sans par­tage, sans contes­ta­tion, sans op­po­si­tion, sans ré­vo­lu­tion sourde ou sou­ter­raine.

« King PSG » entre même dans l’his­toire en ré­col­tant 51 points sur une phase al­ler, nou­veau re­cord ici-bas. Pa­ris va éga­le­ment re­lé­guer son dau­phin au moins à 17 points si An­gers gagne au­jourd’hui. Deux re­cords dé­te­nus jus­qu’alors par le Lyon de la sai­son 2006-2007. « Toute l’an­née 2015 est vrai­ment très très bonne, se ré­jouit Laurent Blanc. On a rem­pli tous les ob­jec­tifs, sauf un, qui est le plus dur (la Ligue des cham­pions). Il fau­dra avoir la même dé­ter­mi­na­tion et le même état d’es­prit en 2016. Quant aux 51 points, les re­cords à mi-par­cours, ce n’est pas ce que je pré­fère. » Deux images de ce Caen - PSG ré­sument le grand Pa­ris. Il y a d’abord cette su­blime frappe de Zla­tan (le deuxième but, au mi­lieu de deux réa­li­sa­tions de Di Ma­ria), ju­meau d’un de ses quatre buts à An­der­lecht en oc­tobre 2013, la meilleure an­née de sa riche car­rière. Il y a aus­si cette joie voire cette rage quand Trapp stoppe le pé­nal­ty de De­lort à la 85e. Tous les joueurs bon­dissent et fé­li­citent l’Al­le­mand, qui avait dé­jà dé­tour­né ce­lui du Mar­seillais Bar­ra­da lors du cla­si­co. Un non-but cé­lé­bré comme un but, peut-être même en­core plus in­ten­sé­ment. C’est dire que le moindre chal­lenge donne une force in­di­vi­duelle et col­lec­tive sup­plé­men­taire.

L’en­traî­neur donne un bout d’ana­lyse des pro­grès ac­com­plis, lui qui avait chan­gé son ma­na­ge­ment après une phase al­ler mé­diocre en 2014, ma­ni­fes­te­ment avec suc­cès. « Sur les coups de pied ar­rê­tés par exemple, le mar­quage est bon. Tout le monde se res­pon­sa­bi­lise. Tout peut se dé­ré­gler très vite en foot. Il faut en per­ma­nence faire les bons ajus­te­ments pour conti­nuer. » Alors que le 8e de fi­nale al­ler contre Chel­sea le 16 fé­vrier s’im­pose comme l’ob­ses­sion ma­jeure de la re­prise, le Pré­sident pos­sède plu­sieurs jo­kers sur la concur­rence na­tio­nale pour ame­ner son groupe en forme le mo­ment ve­nu. La prio­ri­té de­vien­dra alors la Ligue des cham­pions et le cham­pion­nat, l’oc­ca­sion de don­ner du temps de jeu aux dou­blures. A eux de main­te­nir cette ca­dence mons­trueuse qui tient en trois axes : du spec­tacle, une dé­fense de fer et une sai­son in­vain­cue en Ligue 1. Chiche ?

Chel­sea, l’ob­ses­sion ma­jeure de l’hi­ver

Stade Mi­chel-d’Or­na­no (Caen), hier. L’Ar­gen­tin An­gel Di Ma­ria a écla­bous­sé de son ta­lent la ren­contre en ins­cri­vant un dou­blé, le deuxième de la sai­son, dont un lob dé­li­cieux.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.