Le car­ton des films fran­çais à l’étran­ger

Avec 120 mil­lions d’en­trées à l’étran­ger en 2014, le ci­né­ma hexa­go­nal a connu sa meilleure an­née de­puis le triomphe in­ter­na­tio­nal de « The Ar­tist » et d’« In­tou­chables ».

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - HU­BERT LIZÉ

TROP FRAN­CHOUILLARD, le ci­né­ma fran­çais ? Plus si vrai. Les résultats des ventes à l’ex­port des films hexa­go­naux en 2014, pu­bliés par le Centre na­tio­nal du ci­né­ma (CNC) et Uni­france, char­gé de la pro­mo­tion de notre 7e art à tra­vers le monde, in­diquent le contraire. Pas moins de 577 longs-mé­trages ont été ex­por­tés, et ont réa­li­sé plus de 120,2 mil­lions d’en­trées hors de nos fron­tières. Soit le deuxième meilleur bi­lan en dix ans, après le re­cord de 2012, an­née d’« In­tou­chables » et de « The Ar­tist ».

nLuc Bes­son, loin de­vant

Avec « Lu­cy », Luc Bes­son et sa so­cié­té de production EuropaCorp to­ta­lisent près de la moi­tié des en­trées à l’étran­ger, dont 15,5 mil­lions aux Etats-Unis et au Ca­na­da an­glo­phone et 7,1 mil­lions en Chine. Le réa­li­sa­teur fran­çais est un ha­bi­tué du po­dium de­puis la tri­lo­gie des « Ta­ken », énormes suc­cès in­ter­na­tio­naux. Film d’ac­tion fu­tu­riste tour­né en langue an­glaise, ca­li­bré pour le mar­ché mon­dial, « Lu­cy » a été por­té par son cas­ting de stars hol­ly­woo­diennes, Scar­lett Jo­hans­son, Mor­gan Free­man, plus le Sud­Co­réen Choi Min-sik pour le pu­blic asia­tique. Une par­tie de l’in­trigue se dé­rou­lait d’ailleurs à Taï­wan, en Asie du Sud-Est, le reste dans les beaux quar­tiers de Pa­ris et en Nor­man­die. « Lu­cy » est même le plus gros suc­cès à l’ex­port pour un film eu­ro­péen de­puis cinq ans, et le plus im­por­tant du ci­né­ma fran­çais à l’étran­ger de­puis vingt ans. En re­cettes cu­mu­lées, avec 459 M$ en­gran­gés, il a dé­pas­sé le pré­cé­dent dé­ten­teur du re­cord, « In­tou­chables » et ses 445 mil­lions.

nDo you speak english

Les suc­cès de « Lu­cy » ou de « Grace de Mo­na­co » confirment la do­mi­na- tion des films tour­nés en langue an­glaise sur le mar­ché mon­dial. Ils re­pré­sentent 71 % des longs-mé­trages les plus vus hors de France en 2014. « Il faut pré­voir da­van­tage d’aides au dou­blage des films fran­çais en an­glais, no­tam­ment pour mieux les ex­po­ser sur les plates-formes de vi­déo à la de­mande », es­time Jean-Paul Sa­lo­mé, le pré­sident d’Uni­france Films, qui pro­meut le ci­né­ma fran­çais à l’étran­ger.

nLa co­mé­die se fait une place

La per­for­mance réa­li­sée par « Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? », de Phi­lippe de Chau­ve­ron, avec ses 6,9 mil­lions de spec­ta­teurs hors de nos fron­tières, at­teste que la co­mé­die n’est plus un genre mau­dit à l’ex­port. C’est sur­tout vrai pour l’Eu­rope, moins pour les pays an­glo-saxons et l’Asie. Une ten­dance es­quis­sée par le car­ton d’« In­tou­chables » en 2012. On est en­core loin de l’époque bé­nie des de Fu­nès, Pierre Ri­chard ou Bel­mon­do, su­per­stars hors de nos fron­tières, mais le rire made in France sé­duit ailleurs. C’est no­tam­ment vrai en Al­le­magne, où le film avec Ch­ris­tian Cla­vier et Chan­tal Lau­by a conquis près de 3,7 mil­lions de spec­ta­teurs.

n3D obli­ga­toire en Chine

Avec 23 600 écrans et de nou­veaux mul­ti­plexes qui s’y construisent chaque jour, la Chine re­pré­sen­te­ra l’an pro­chain le pre­mier mar­ché mon­dial du ci­né­ma, de­vant les Etats-Unis. En 2014, il s’y est ven­du 830 mil­lions de billets. Mais le pu­blic chi­nois plé­bis­cite les su­per­pro­duc­tions amé­ri­caines, et la 3D : en 2014, « Trans­for­mers : l’Age de l’ex­tinc­tion », « In­ters­tel­lar », « X-Men : Days of Fu­ture Past », « Cap­tain Ame­ri­ca » et « la Pla­nète des singes » se par­tagent le top 10 avec des pro­duc­tions chi­noises. « Lu­cy », le meilleur fran­çais, est en­core loin der­rière. « Pour réus­sir en Chine, un film doit im­pé­ra­ti­ve­ment sor­tir en 3D », constate Isa­belle Gior­da­no, di­rec­trice gé­né­rale d’Uni­france. Ain­si, « le Der­nier Loup » de JeanJacques An­naud, co­pro­duc­tion si­no-fran­çaise, a été tour­né en 3D.

nLes stars mouillent le maillot

La pré­sence des ac­teurs lors de la pro­mo­tion des films peut faire bas­cu­ler le des­tin com­mer­cial d’un film. « Tout re­pose sur eux », as­sure Isa­belle Gior­da­no. Or, si elles ac­ceptent vo­lon­tiers des dé­pla­ce­ments chics à To­kyo, Sin­ga­pour ou Hongkong, elles sont moins par­tantes pour l’Eu­rope de l’Est, mar­ché pour­tant très por­teur. Ain­si, la pré­sence de l’ac­trice Léa Sey­doux dans plu­sieurs pays de l’Est pour la cam­pagne du film « la Belle et la Bête » a per­mis de mul­ti­plier par deux le nombre d’en­trées.

In­tou­chables Dî­ner de cons,

«Lu­cy», de Luc Bes­son

Un en­fant, un chien, une belle ami­tié et le ma­gni­fique dé­cor des Alpes : «Belle et Sé­bas­tien » avait tous les in­gré­dients pour sé­duire aus­si nos voi­sins ita­liens.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.