Faut-il im­po­ser une li­mite d’âge aux po­li­tiques ?

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR -

Alexandre Biard

ju­riste Bruxelles (Bel­gique) « Oui, pour ame­ner de nou­veaux vi­sages. Il faut que la classe po­li­tique se re­nou­velle. L’ex­pé­rience compte, mais pour avoir un peu de fraî­cheur, il faut se tour­ner vers des gens plus jeunes. Re­ve­nir en po­li­tique quand on a dé­jà été au pou­voir n’est pas sy­no­nyme de nou­veau­té. Beau­coup ont leur car­rière der­rière eux. S’ils n’ont pas été ca­pables de chan­ger les choses plus tôt, pour­quoi le fe­raient-ils à 70 ans ? »

Jean-Ma­rie De­lettre

in­gé­nieur Pa­ris (Xe) « Non, l’âge n’est pas le pro­blème. Avoir 70 ou 72 ans, ce n’est pas méchant si c’est pour un man­dat de cinq ans. Jacques Chi­rac avait 70 ans quand il a été ré­élu ! C’est bien d’avoir de l’ex­pé­rience, des re­la­tions, de sa­voir ha­ran­guer la foule. Il fau­drait sur­tout plus d’élus de la so­cié­té ci­vile, qui ont tra­vaillé dans le pri­vé et pas dans le pu­blic. Le re­nou­vel­le­ment vien­dra de là. »

Alexan­dra Le Corre

in­terne en mé­de­cine Bor­deaux (33) « Oui et non. C’est vrai qu’on a l’im­pres­sion de voir tou­jours les mêmes têtes. A par­tir de 60 ou 65 ans, nos po­li­tiques de­vraient par­tir à la re­traite comme le com­mun des mor­tels. Mais Alain Jup­pé, qui a 70 ans, a fait de très bonnes choses à Bor­deaux et je lui fe­rais confiance s’il se pré­sen­tait à la pré­si­den­tielle. Il fau­dra juste sur­veiller sa san­té… En re­vanche, Ber­nard Ta­pie in­carne le pas­sé. »

Gré­go­ry Meunier

fonc­tion­naire Tours (37) « Oui, il fau­drait une loi comme pour la pa­ri­té. Puisque les par­tis sont in­ca­pables de lais­ser la place aux jeunes, il faut les for­cer à faire émer­ger de nou­velles têtes. Une li­mite d’âge pour­rait em­pê­cher des gens comme Ber­nard Ta­pie, qui semble plus in­té­res­sé par son sort que par l’in­té­rêt gé­né­ral, de re­ve­nir. Mais il ne faut pas que les jeunes soient un gad­get de com­mu­ni­ca­tion, comme avec Rama Yade. »

Syl­vie Ma­thieu

agent ad­mi­nis­tra­tif Nou­méa (98) « Non, s’ils ont des so­lu­tions contre le chô­mage ou les sans-abri. Si un po­li­tique a en­core toute sa tête, je ne vois pas pour­quoi on lui in­ter­di­rait de se pré­sen­ter. Chez moi, en Nou­velle-Ca­lé­do­nie, il y a des ins­tances cou­tu­mières is­sues des tri­bus. Ce sont des di­ri­geants très âgés, que les jeunes écoutent et res­pectent, car ils sont consi­dé­rés comme des sages. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.