La Poste teste la li­vrai­son le di­manche

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - E.B.

Nice (Alpes-Ma­ri­times), hier. Ding dong, voi­là le fac­teur ! Un di­manche ? Eh oui, la Poste a ex­pé­ri­men­té pour la pre­mière fois, hier, la li­vrai­son de co­lis ef­fec­tuée par 130 fac­teurs vo­lon­taires entre 9 heures et mi­di dans sept villes (Pa­ris, Reims, Lille, Bor­deaux, Nice, Rennes et Lyon). « En pé­riode nor­male, nous li­vrons en­vi­ron un mil­lion de co­lis par jour, ex­plique une porte-pa­role de la Poste. Mais de­puis dé­but dé­cembre, on monte par­fois jus­qu’à 2,3 mil­lions de co­lis par jour. » L’idée est à la fois de lis­ser le tra­vail sur 7 jours et non 6, mais aus­si de pou­voir sa­tis­faire les clients qui ont com­man­dé leurs ca­deaux à la der­nière mi­nute. Cette opé­ra­tion de­vrait en­fin per­mettre à la Poste de voir si elle est ca­pable, à terme, d’as­su­rer un ser­vice équi­valent à ce­lui de ses concur­rents, DHL et FedEx en tête. Ces der­niers jours, presque tous les syn­di­cats de l’en­tre­prise ont ex­pri­mé leur mé­fiance vis-à-vis de ce test. « C’est un es­sai, ob­jecte la di­rec­tion. Pour l’heure, nous ne pou­vons dire s’il se­ra ré­ité­ré. » Hier, 4 000 co­lis ont été trai­tés en l’es­pace de trois heures. nEN MA­TIÈRE D’EMPLOI, le gou­ver­ne­ment doit « com­men­cer par de­man­der des comptes » au pa­tro­nat sur l’emploi, es­time le nu­mé­ro un de la CFDT, Laurent Ber­ger, dans une in­ter­view pa­rue hier dans le « JDD ». « La baisse du coût du tra­vail via le pacte de res­pon­sa­bi­li­té, qui per­met­tra une fois at­teint son ré­gime de croi­sière en 2017 de re­dis­tri­buer 40 Mds€ par an aux en­tre­prises, n’a pas at­teint son but », dit-il. nLE PRÉ­SIDENT DE LA SNCF, Guillaume Pe­py, a dé­cla­ré hier, au « Grand Ju­ry » RTL - « le Fi­ga­ro » - LCI, sou­hai­ter « re­né­go­cier à la SNCF la fa­çon de faire les 35 heu­res­pour que [les] 35 heures soient plus ef­fi­caces ; plus ef­fi­caces dans l’in­té­rêt des clients, pour avoir des trains plus à l’heure, plus fiables, moins chers ». Il a ré­af­fir­mé son sou­hait de re­mettre à plat l’or­ga­ni­sa­tion du tra­vail d’ici au d’ici au 1er juillet 2016 pour bais­ser les coûts et pré­pa­rer le groupe à l’ou­ver­ture to­tale à la concur­rence.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.