Des lin­gots à go­go

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS - ÉRIC PEL­LE­TIER ET STÉ­PHANE SEL­LA­MI

DE L’OR EN BARRES… Ou presque. Le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Pa­ris vient de condam­ner deux es­crocs à de la pri­son ferme pour avoir sou­ti­ré 2 M€ à un re­trai­té. Ils avaient fait mi­roi­ter à cet an­cien ex­pert-comptable suisse une fa­ra­mi­neuse com­mis­sion por­tant sur le ra­pa­trie­ment de 250 kg d’or. De l’or qui n’était en fait que du cuivre re­cou­vert d’une poudre jaune ! L’es­cro­que­rie, connue sous le nom d’ar­naque à la ni­gé­riane, a beau pa­raître gros­sière, elle a fonc­tion­né pen­dant… sept ans.

Le prin­cipe est simple. Dans un pre­mier temps, des cour­riels, pré­ten­du­ment si­gnés « Mme Diar­ra », hé­ri­tière de lin­gots éva­lués à plus de 10 M€, fleu­rissent sur des mes­sa­ge­ries élec­tro­niques eu­ro­péennes. L’in­ter­mé­diaire, qui ac­cep­te­ra d’avan­cer les frais de suc­ces­sion et de trans­port pour ra­pa­trier le pré­cieux mé­tal, tou­che­ra 20 % de sa va­leur, à condi­tion de res­ter dis­cret. En 2007, de­puis sa tran­quille re­traite, à Berne, Ro­ger* écar­quille les yeux à la lec­ture d’une telle pro­po­si­tion.

Mys­té­rieux am­bas­sa­deur

Se met alors en route une pièce de théâtre bien hui­lée. L’ex­pert-comptable ren­contre l’hé­ri­tière au Ma­li, ce qui dis­sipe ses der­niers doutes. De mul­tiples in­ter­mé­diaires entrent dans la danse lui sou­ti­rant tou­jours plus, lors de mys­té­rieux ren­dez-vous. Jus­qu’à la ren­contre en ma­jes­té avec un « am­bas­sa­deur » ma­lien, « M. Tap­ka », qui prê­te­ra ses va­lises di­plo­ma­tiques, et son homme de main. En sep­tembre 2014, à Noi­sy-le­Sec (Seine-Saint-De­nis) Ro­ger aper­çoit en­fin les lin­gots (du vul­gaire cuivre) et la poudre d’or (du sable jau­ni) dans un ga­rage mal éclai­ré. Il en­tre­voit dé­jà sa vie d’après. C’est seule­ment en se pré­sen­tant, le mois sui­vant, à la douane, que Ro­ger réa­lise la ca­tas­trophe… Les en­quê­teurs n’ont au­cun mal à re­mon­ter la piste des es­crocs jus­qu’à un bar du XVIIIe ar­ron­dis­se­ment où ces pas­sion­nés de pa­ris spor­tifs ont leurs ha­bi­tudes.

L’au­dience, qui s’est dé­rou­lée le 17 dé­cembre, a dé­voi­lé les cou­lisses de cette pièce de bou­le­vard dont les ac­teurs prin­ci­paux sont Alain A., (condam­né 4 fois pour ce type d’es­cro­que­rie) dans le rôle du « di­plo­mate », et Yves H., son homme de main. Me Louis-Ro­main Ri­ché, l’avo­cat d’Alain, a stig­ma­ti­sé une en­quête me­née, se­lon lui, a mi­ni­ma ain­si que l’at­ti­tude de la vic­time, ab­sente à l’au­dience : « Il au­rait dû se trou­ver sur le banc des pré­ve­nus pour blan­chi­ment. Mais l’en­quête s’est ar­rê­tée en che­min. Le cer­veau n’a ja­mais été in­quié­té. » Alain A. a été condam­né à trois ans d’em­pri­son­ne­ment. Son com­plice à douze mois dont six avec sur­sis. Quant à Ro­ger, il a op­té pour la zénitude. Il est de­ve­nu na­tu­ro­pathe.

* Le pré­nom a été chan­gé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.