L’art du Ma­la­bar

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - CH­RIS­TOPHE LEVENT

SOU­VE­NEZ-VOUS. Une fois la bouche pleine de l’épaisse pâte rose, Ma­la­bar ré­ser­vait un autre plai­sir : ce­lui des pe­tites vi­gnettes col­lées à l’em­bal­lage, ra­con­tant les aven­tures d’un grand blond cos­taud en tee-shirt jaune. Dans les an­nées 1970, elles étaient même dé­cli­nées en dé­cal­co­ma­nies qui lais­saient sou­vent des stig­mates dé­gou­li­nants, mais sources de fier­té, sur nombre de poi­gnets en­fan­tins… L’his­toire de cette ma­de­leine de Proust, ver­sion che­wing-gum, est ra­con­tée au­jourd’hui dans un livre, « Ma­la­bar : His­toire de bulles ».

Superhéros à la fran­çaise

Son au­teur, Alain La­chartre, lui­même di­rec­teur ar­tis­tique pour la marque, y ra­conte les aven­tures de cette confi­se­rie, née en 1959 dans l’usine Kre­ma de Mon­treuil (93), et sur­tout de son per­son­nage long­temps fé­tiche, ap­pa­ru dix ans plus tard. Son créa­teur s’ap­pelle Jean-Re­né Le Moing, ami d’Uder­zo et plus tard ma­quet­tiste du jour­nal « Pi­lote ». S’ins­pi­rant du mot « ma­la­bar », il in­vente ce grand cos­taud avec son tee-shirt or­né d’un gros M, sorte de superhéros à la fran­çaise, ami des en­fants.

Pen­dant plus de cin­quante ans, il res­te­ra la mas­cotte de la marque, évo­luant fi­na­le­ment as­sez peu au gré des des­si­na­teurs, au moins jus­qu’aux an­nées 1990. Ils se­ront nom­breux à se suc­cé­der aux crayons : Frank Mar­ge­rin, JeanC­laude Poirier et Mic De­linx, tous ve­nus de « Pif Gad­get ».

L’aven­ture s’ar­rête en 2011. Le groupe Mon­de­lez, au­jourd’hui pro­prié­taire de Ma­la­bar, dé­cide alors de rem­pla­cer le per­son­nage par le chat Ma­bulle. Une rai­son de plus, en feuille­tant cet al­bum au goût de nos­tal­gie, de faire re­vivre nos sou­ve­nirs de Ma­la­bar.

« Ma­la­bar : His­toire de bulles », d’Alain La­chartre. Ed. Dupuis. Prix : 28 €.

(DR.)

Le cos­taud Ma­la­bar tra­verse les époques.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.