Pri­vé de ter­rasses, le Club Rayé me­nace de fer­mer

Le Parisien (Paris) - - PARIS - CÉ­CILE BEAULIEU C.B.

C’ÉTAIT UN PEU L’AU­DIENCE de la der­nière chance. Pour la deuxième fois de­puis le mois de sep­tembre, Kein Cross, le gé­rant du Club Rayé, un bar lounge de la rue Dus­soubs (IIe), a sai­si en ré­fé­ré le tri­bu­nal ad­mi­nis­tra­tif, ven­dre­di, pour ob­te­nir l’au­to­ri­sa­tion d’ex­ploi­ter ter­rasse et contre-ter­rasse. Condi­tion sine qua non à l’ex­ploi­ta­tion de son éta­blis­se­ment.

Dans le quar­tier Mon­tor­gueil, où la « guerre des ter­rasses » a fait rage du­rant des an­nées, on pen­sait les conflits apai­sés. Il n’en est rien. Le tri­bu­nal n’avait pas fait droit à la de­mande de Kein Cross en sep­tembre… Et la der­nière dé­ci­sion, qui est at­ten­due au cours de la se­maine, pour­rait ne pas être plus po­si­tive pour le Club Rayé : la re­pré­sen­tante de la Ville à l’au­dience es­ti­mant qu’il n’y avait au­cun ca­rac­tère d’ur­gence à sa­tis­fai- re le pa­tron. Pour­tant, cet an­cien de­si­gner new-yor­kais, fran­co­phile convain­cu, a pris la dé­ci­sion de fer­mer bou­tique au 31 dé­cembre s’il n’était pas en­ten­du par la jus­tice.

350 000 € de pertes

« Il a in­ves­ti 600 000 € pour créer, en 2013, ce lieu convi­vial, qui, par sa seule pré­sence, était par­ve­nu à mé­ta­mor­pho­ser l’am­biance d’une rue où s’en­tas­saient les en­com­brants et pros­pé­raient les dea­leurs, sou­ligne son avo­cat, Me Phi­lippe Meilhac. Au­jourd’hui, faute de pou­voir ex­ploi­ter une ter­rasse le long de son éta­blis­se­ment et la pe­tite place si­tuée de l’autre cô­té de la rue, qui sont at­trac­tives pour la clien­tèle, il pré­sente une perte d’ex­ploi­ta­tion de 350 000 €… Et, le quar­tier re­com­mence à se dé­gra­der. La si­tua­tion est à ce point ubuesque, qu’il se passe exac­te­ment l’op- po­sé de ce que sou­haitent Kein Cross, mais éga­le­ment la Ville ! »

Car, de­puis que le pro­prié­taire s’est plié à la dé­ci­sion de jus­tice, la pla­cette, face au Club Rayé, qu’il uti­li­sait comme contre-ter­rasse, est par­tiel­le­ment oc­cu­pée par un par­king à vé­los et un banc, « réa­li­sa­tions des­ti­nées à em­pê­cher l’ins­tal­la­tion de tables et de chaises », se­lon le pro­prié­taire et son avo­cat. Mais elle est sur­tout en­va­hie par les en­com­brants, dé­chets et pou­belles… Tan­dis que les dea­leurs ont fait leur ré­ap­pa­ri­tion. « Sans ces ter­rasses et avec l’en­vi­ron­ne­ment qui est main­te­nant ce­lui de la rue Dus­soubs, les gens ont moins en­vie de fran­chir la porte du Club Rayé », se dé­sole Kein Cross. Les ri­ve­rains, quant à eux, ont écrit à la mai­rie pour sou­te­nir le com­mer­çant et dé­non­cer la si­tua­tion. Une mis­sive res­tée sans ré­ponse. 1,4 KM de pro­me­nade ur­baine sous le via­duc du mé­tro aé­rien, entre Bar­bès et Sta­lin­grad. Sou­vent évo­qué, re­pous­sé pour des ques­tions fi­nan­cières, puis re­lan­cé par l’as­so­cia­tion Ac­tion Bar­bès, le pro­jet avait fi­na­le­ment re­joint les pro­messes de cam­pagne des maires (PS) des Xe et XVIIIe ar­ron­dis­se­ments, Ré­mi Fé­raud et Eric Le­joindre… Pour tom­ber dans l’ou­bli, fai­sant craindre aux par­ti­sans de ce vaste ré­amé­na­ge­ment qu’il ne voit ja­mais le jour.

Une étude de fai­sa­bi­li­té en cours

Mais cette fois, une en­ve­loppe de 8 M€ vient d’être ins­crite au bud­get de la Ville. Ces amé­na­ge­ments sont consi­dé­rés comme « prio­ri­taires » par Ré­mi Fé­raud, qui voit là, no­tam­ment, l’op­por­tu­ni­té d’une « ré- ap­pro­pria­tion de l’es­pace pu­blic, oc­cu­pé à cer­tains en­droits du bou­le­vard de La Cha­pelle par les mar­chés de la mi­sère ».

Ac­tuel­le­ment entre les mains de l’Ate­lier pa­ri­sien d’ur­ba­nisme (Apur), qui en étu­die la fai­sa­bi­li­té, le bou­le­vard de­vrait, à terme, re­vê­tir un as­pect plus convi­vial, avec éclai­rage, vé­gé­ta­li­sa­tion peut-être de cer­taines par­ties, struc­tures spor­tives…

Un par­cours cultu­rel, avec du street art, a éga­le­ment été évo­qué, de même que la trans­for­ma­tion de la dé­chet­te­rie en res­sour­ce­rie ou­verte aux ha­bi­tants, comme c’est le cas porte de Cli­gnan­court, dans l’an­cienne gare de la Pe­tite Cein­ture. Les pro­jets ne sont pas ar­rê­tés, mais le bou­le­vard de La Cha­pelle peut main­te­nant s’ima­gi­ner un ave­nir.

(LP/C.B.)

Bou­le­vard de la Cha­pelle (XVIIIe). 8 M€ ont été bud­gé­tés pour la créa­tion d’une pro­me­nade ur­baine sous le mé­tro aé­rien entre les sta­tions Bar­bès et Sta­lin­grad.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.