Le bul­le­tin de notes du PSG à mi-sai­son

Le PSG a écra­sé de sa puis­sance fi­nan­cière et spor­tive la pre­mière par­tie de sai­son de Ligue 1. Il lui ap­par­tient dé­sor­mais d’étendre en 2016 cette hé­gé­mo­nie sur la scène eu­ro­péenne.

Le Parisien (Paris) - - LA UNE - DO­MI­NIQUE SÉ­VÉ­RAC

DES RE­CORDS QUI TOMBENT, les ca­dors de la sai­son pas­sée la­mi­nés en Ligue 1 (Lyon, Mar­seille, Mo­na­co), une confron­ta­tion riche d’en­sei­gne­ments avec le Real Ma­drid en Ligue des cham­pions : le PSG vient de tra­ver­ser une de­mi-sai­son im­pres­sion­nante, pas­sion­nante, pro­met­teuse, avec aus­si quelques li­mites. Bi­lan à mi-par­cours en trois ar­rêts ré­vé­la­teurs.

nLa Ligue 1 pul­vé­ri­sée d’em­blée

Le 30 août der­nier, Pa­ris se rend à Mo­na­co, trois se­maines après une ou­ver­ture de la sai­son vic­to­rieuse à Lille à dix contre onze (1-0). L’ASM dis­pose d’un ef­fec­tif (Mar­tial est en­core là) ca­pable de ri­va­li­ser avec le PSG, croit-on. La ren­contre tourne net­te­ment à l’avan­tage des hommes de Laurent Blanc. Ca­va­ni ouvre son comp­teur, Ibra, pour sa pre­mière en L 1 de la sai­son, ré­gale et Di Ma­ria, en vingt mi­nutes, donne un aper­çu to­ni­truant de son ap­port fu­tur. Tout est dit au soir de la 4e jour­née. Avec 12 points sur 12, le PSG sur­vole dé­jà le Cham­pion­nat de France et n’a au­cun concur­rent cré­dible. Ce­la se vé­ri­fie­ra par la suite : alors que Pa­ris conti­nue­ra sa marche triom­phale, ni Lyon ni Mar­seille ne vien­dront le cha­touiller. Mo­na­co, son dau­phin à la trêve, compte 19 points de re­tard.

nT­rapp souffle le chaud et le froid

Le 11 sep­tembre, Ke­vin Trapp com­met sa pre­mière bou­lette contre Bor­deaux au Parc pour le seul nul de la phase al­ler à do­mi­cile (2-2). Alors que la France dé­couvre l’Al­le­mand et que Si­ri­gu a été mis de­vant le fait ac­com­pli, cette er­reur ne le fra­gi­lise pas. Trapp ac­com­plit en­suite de grosses pres­ta­tions, mais il va à nou­veau se ra­ter plus tard à Ma­drid le 3 no­vembre (1-0), et contre Lyon le 13 dé­cem- bre, sans consé­quence cette fois (5-1), tou­jours face à des ad­ver­saires très ex­po­sés. Son cas di­vise. Il pa­raît don­ner plus de ga­ran­ties que Si­ri­gu, mais ses bourdes tracent une li­mite qui me­nace sa sai­son. Le pu­blic du Parc s’est même mis à le cham­brer, ce qui a for­te­ment ir­ri­té en in­terne. Trapp, dont la place de ti­tu­laire n’est pas re­mise en cause, s’est tou­jours re­le­vé de ses er­re­ments. Quand il au­ra pro­gres­sé dans sa concen­tra­tion, il a tout pour gran­dir vite.

nLe jeu au som­met

Le 3 no­vembre à Ber­na­beu, le PSG livre son meilleur match de l’exer­cice 2015-2016 mais le perd. C’est donc en­cou­ra­geant mais aus­si in­quié­tant, les mêmes maux pro­dui­sant les mêmes ef­fets. Ré­su­més ain­si : en l’ab­sence de bu­teur, le club ne peut pas s’en sor­tir. Mais que font Ibra­hi­mo­vic et Ca­va­ni dans les grands matchs ? L’Uru­guayen est da­van­tage coupable, lui qui ven­dange des bal­lons en or de Di Ma­ria ou Max­well. Mais le plus mar­quant est ailleurs : dans une ren­contre im­por­tante et face à un can­di­dat na­tu­rel à la vic­toire fi­nale (certes di­mi­nué), Pa­ris sort le grand jeu en Ligue des cham­pions. Cette pres­ta­tion laisse ima­gi­ner que, dans les grands ren­dez-vous, le PSG sait se trans­for­mer et se his­ser au ni­veau des plus grands. Nou­vel exa­men le 16 fé­vrier face à Chel­sea en 8e de fi­nale.

(DPPI/Jean-Ma­rie Her­vio.)

Parc des Princes (Pa­ris), le 13 dé­cembre. Ce soir-là, les Pa­ri­siens de Da­vid Luiz écrasent les Lyon­nais (5-1). Une preuve de plus de la do­mi­na­tion du PSG qui compte 19 points d’avance sur son dau­phin en Ligue 1 à la trêve.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.