Vise les ex­pa­triés

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE -

C’est la somme to­tale que sou­haite ré­col­ter Bru­no Le Maire pour faire cam­pagne. Le dé­pu­té de l’Eure ne mé­nage pas ses ef­forts. La se­maine der­nière en­core, il a ani­mé deux pe­tits dé­jeu­ners et un dî­ner avec des gros do­na­teurs à Pa­ris. « Il joue la carte de la proxi­mi­té. Ja­mais plus de cinq per­sonnes au­tour de lui pour ce genre de ren­dez-vous. Ce­la dure en gé­né­ral une heure », note son en­tou­rage. A ce jour, le can­di­dat à la pri­maire a ré­col­té près de 1 M€.

Le frère de Fran­çoise de Pa­na­fieu à la ma­noeuvre

« Il faut convaincre en per­ma­nence, jure-t-on. Sur­tout en cette fin d’an­née, où les do­na­teurs po­ten­tiels doivent sa­voir qu’ils ont jus­qu’au 31 dé­cembre pour pou­voir bé­né­fi­cier l’an pro­chain de la ré­duc­tion d’im­pôt de 66 % pour les dons. » C’est le chef d’en­tre­prise Alain Mis­soffe, frère de Fran­çoise de Pa­na­fieu et is­su de la dy­nas­tie in­dus­trielle des Wen­del, qui se charge pour Le Maire de col­lec­ter les « gros dons ». Com­prendre : entre 3 000 et 7 500 €, la li­mite du pla­fond au­to­ri­sé par la loi. « Mais il y a aus­si beau­coup de per­sonnes qui donnent 10, 20, 30 €. Mis bout à bout, ça fait de très belles sommes à l’ar­ri­vée », as­sure Mis­soffe.

Comme Jup­pé et Fillon, Le Maire a mul­ti­plié ces der­niers mois les dé­pla­ce­ments au­près des Fran­çais de l’étran­ger pour le­ver des fonds. No­tam­ment dans les grandes ca­pi­tales eu­ro­péennes comme Londres, Bruxelles et Ge­nève, au­près d’ex­pa­triés connus pour avoir « des marges fi­nan­cières plus im­por­tantes », dé­crypte sua­ve­ment un proche de Bru­no Le Maire.

(LP/Fré­dé­ric Du­git.)

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.