En­fin du car­bu­rant à moins de 1 € !

Dans le sillage du pé­trole, le prix du ga­zole est tom­bé à son ni­veau le plus bas de­puis juillet 2009. Dans tous les dé­par­te­ments, des sta­tions-ser­vice af­fichent des ta­rifs mo­diques.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE -

C’EST NOËL avant l’heure pour les au­to­mo­bi­listes. Le prix du ga­zole n’a en ef­fet ja­mais été aus­si bas de­puis plus de six ans. La se­maine der­nière, le car­bu­rant le plus ven­du en France va­lait en moyenne 1,0018 € le litre, se­lon les der­niers chiffres du mi­nis­tère de l’Ener­gie. Soit 4,59 cen­times de moins que la se­maine pré­cé­dente. Du coup, dans tous les dé­par­te­ments de mé­tro­pole, des sta­tions-ser­vice af­fichent des prix au-des­sous de 1 €. C’est en Cha­rente-Ma­ri­time que l’on trouve les prix les plus bas. A Ma­tha ou Rochefort, le litre de ga­zole est pro­po­sé à 0,903 €. Même à Pa­ris, il est pos­sible d’en trou­ver à 0,986 €, dans le XVIIe ar­ron­dis­se­ment.

Les autres car­bu­rants ne sont pas en reste. Le sans­plomb 95, deuxième car­bu­rant le plus ven­du dans le pays, va­lait 1,2586 € le litre en moyenne, soit 1,01 cen­time de moins d’une se­maine à l’autre. Là aus­si, il s’agit de son ni­veau le plus bas de­puis dé­cembre 2009. Quant au sans-plomb 98, il va­lait de son cô­té 1,3202 € le litre en moyenne, contre 1,3299 € la se­maine pré­cé­dente. Ces prix s’ex­pliquent par des prix du pé­trole brut en chute libre de­puis le dé­but de l’an­née, af­fi­chant eux aus­si leurs ni­veaux les plus bas de­puis sept ans.

A quoi est-ce dû ? A la conjonc­tion de fac­teurs éco­no­miques, géo­po­li­tiques et… mé­téo­ro­lo­giques. « L’éco­no­mie mon­diale n’a pas com­plè­te­ment re­trou­vé son en­train d’avant la crise de 2008, ana­lyse Fran­cis Per­rin, di­rec­teur de la re­vue Pé­trole et gaz arabes. Et la Chine, plus gros consom­ma­teur mon­dial d’éner­gie avec les Etats-Unis, connaît une crois­sance en berne. » Ces prix bas vont-ils du­rer ? Tout porte à croire que oui, au moins pen­dant plu­sieurs mois, car la géo­po­litque s’en mêle éga­le­ment.

Les Etats-Unis, re­de­ve­nus cette an­née pre­miers producteurs mon­diaux (ce qui n’était plus le cas de­puis 1975), grâce no­tam­ment au pé­trole de schiste, vont ex­por­ter hors du conti­nent une par­tie de leur production. De son cô­té, l’Ara­bie saou­dite re­fuse de bais­ser sa production, pour conser­ver ses parts de mar­ché et dans le même temps mettre des bâ­tons dans les roues de son concur­rent amé­ri­cain. Car plus il y a de pé­trole sur le mar­ché et moins les ex­ploi­ta­tions amé­ri­caines de schiste sont ren­tables. « Dans ce billard à trois bandes, on peut ra­jou­ter l’Iran, re­prend Fran­cis Per­rin. Si un ac­cord sur le nu­cléaire est trou­vé et que les sanc­tions sont le­vées, le pays a toutes les chances de re­ve­nir dans la course au pé­trole en 2016, ce qui ne man­que­ra pas d’aug­men­ter en­core la production mon­diale. »

Der­nier fac­teur, pour le moins in­at­ten­du : la mé­téo. Le dé­but de l’hi­ver a été tel­le­ment clé­ment sur les conti­nents amé­ri­cain et eu­ro­péen que les consom­ma­tions d’éner­gie — liées no­tam­ment au chauf­fage — ont été dras­ti­que­ment re­vues à la baisse.

Tout ce­la n’au­gure rien de bon pour les éner­gies re­nou­ve­lables. Elles ren­con­tre­ront en­core da­van­tage de dif­fi­cul­tés à s’im­po­ser face à un pé­trole re­de­ve­nu très concur­ren­tiel. C’est en re­vanche une bonne nou­velle pour les au­to­mo­bi­listes. Comme l’offre pé­tro­lière de­vrait conti­nuer à être sur­abon­dante, les prix à la pompe de­vraient être conte­nus.

Seul bé­mol : les hausses de taxes pré­vues (taxe in­té­rieure de consom­ma­tion sur les pro­duits éner­gé­tiques et taxe car­bone). Soit à par­tir du 1er jan­vier 3,5 cen­times par litre de ga­zole, et 2 cen­times par litre de sans-plomb 95. A prio­ri in­suf­fi­sant pour im­pac­ter réel­le­ment le por­te­feuille des au­to­mo­bi­listes. En tout cas pour le mo­ment.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.