Le chauf­fage col­lec­tif échauffe les co­pros

La fac­ture va grim­per, craint l’As­so­cia­tion des res­pon­sables de co­pro­prié­té. En cause, l’in­di­vi­dua­li­sa­tion des frais de chauf­fage.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - BRU­NO MAZURIER

« UNE ME­SURE IN­JUSTE, in­utile et coû­teuse pour les lo­ca­taires et les pro­prié­taires. » Voi­là com­ment l’As­so­cia­tion des res­pon­sables de co­pro­prié­té (ARC), avec l’Union so­ciale pour l’ha­bi­tat (USH), qua­li­fie la fu­ture in­di­vi­dua­li­sa­tion des frais de chauf­fage. Dans une dé­cla­ra­tion com­mune pu­bliée hier, ces deux or­ga­nismes ne sont pas tendres avec l’obli­ga­tion, à par­tir de mars 2017, pour les im­meubles chauf­fés col­lec­ti­ve­ment d’équi­per tous les lo­ge­ments d’ap­pa­reils de me­sure in­di­vi­duels. Au­tre­ment dit, chaque oc­cu­pant de­vra payer à pro­por­tion de sa consom­ma­tion.

A prio­ri, une me­sure de bon sens, comme le sou­li­gnait le Syn­di­cat de la me­sure — une cin­quan­taine d’en­tre­prises spé­cia­li­sées dans les ap­pa­reils de mé­tro­lo­gie — dans sa cam­pagne d’in­for­ma­tion, dé­but dé­cembre. S’ap­puyant sur plu­sieurs ex­pé­riences et études en Eu­rope et en France, son pré­sident, Laurent Si­reix, af­firme que cette dis­po­si­tion gé­né­re­ra une éco­no­mie d’en­vi­ron 20 % sur la fac­ture de chauf­fage. Et de 35 % si les per­sonnes règlent la tem­pé­ra­ture à 18 °C.

Ces chiffres sont contes­tés en bloc par l’USH et l’ARC pour qui les coûts d’ins­tal­la­tion se­ront su­pé­rieurs aux éco­no­mies at­ten­dues. « Il fau­dra ins­tal­ler en plus un ro­bi­net ther­mo­sta­tique », pré­cise Ju­lien Al­lix, de l’ARC. Ce­la coû­te­ra au contraire 670 M€ au parc so­cial et 1,76 Md€ aux co­pro­prié­taires, es­timent les deux or­ga­nismes, « im­pac­tant né­ga­ti­ve­ment le pou­voir d’achat de 1,3 mil­lion de mé­nages en HLM et 2,3 mil­lions de foyers en co­pro­prié­té. »

« A l’in­verse de la consom­ma­tion d’eau que cha­cun peut maî­tri­ser, la cha­leur émise dans un lo­ge­ment se dif­fuse dans les autres. En in­di­vi­dua­li­sant les frais de chauf­fage, on ne paie donc pas ce qu’on consomme, pour­suit Ju­lien Al­lix. C’est pour­quoi cette me­sure va pé­na­li­ser ceux de­vant chauf­fer toute la jour­née, comme les fa­milles avec de jeunes en­fants, mais aus­si les per­sonnes les plus âgées, donc les plus fra­giles qui paie­ront le chauf­fage de leurs voi­sins. »

Rap­pe­lant l’exis­tence d’autres so­lu­tions mieux adap­tées et plus éco­no­miques (gestes de bon sens, tra­vaux d’iso­la­tion, chan­ge­ment de chau­dière…), l’USH et l’ARC de­mandent aux pou­voirs pu­blics de re­ve­nir d’ur­gence sur cette dis­po­si­tion liée à la loi sur la tran­si­tion éner­gé­tique. Ce qui n’em­pêche pas Laurent Si­reix de main­te­nir ses chiffres : « Sur une fac­ture an­nuelle d’en­vi­ron 800 €, l’éco­no­mie se­ra de 160 €, soit 20 %, moins les quelque 40 € de lo­ca­tion de l’ap­pa­reil. »

Les ra­dia­teurs de­vront être équi­pés de cet ap­pa­reil dès mars 2017 pour in­di­vi­dua­li­ser la fac­ture de chauf­fage col­lec­tif. Ac­tuel­le­ment, elle est éta­blie au pro­ra­ta des sur­faces.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.