N

Dur bou­lot !

Le Parisien (Paris) - - SPÉCIAL NOËL -

A chaque fin de pres­ta­tion, mon maillot de corps est plus trem­pé que ce­lui d’un ma­ra­tho­nien du dé­sert. « T’es pri­son­nier de ton cos­tume ! » m’avait pré­ve­nu mon re­cru­teur. En ef­fet, au fil des pho­tos et des tonnes de mou­flets à faire grim­per sur ses ge­noux, on a vite fait d’étouf­fer. C’est la four­naise sous le man­teau mais sur­tout sous cette barbe un brin ir­ri­tante qui pro­duit une vi­laine buée sur les lu­nettes. Dans ces condi­tions, la séance de shoo­ting s’achève sur les ro­tules. Et ça se voit un peu. « Oh, le pauvre, il a chaud, il est fa­ti­gué, il va al­ler se cou­cher », a souf­flé une mère à son fis­ton quelques mi­nutes avant que je ne dé­bauche. Une ma­mie, elle, m’a plaint : « Vous avez bien mé­ri­té le ciel ! » Heu­reu­se­ment, il y a tou­jours un ga­min pour do­per votre en­thou­siasme. Ce sont ses yeux pleins d’étoiles, ses pa­roles naïves qui vous re­plongent en en­fance. On se prend au jeu de l’in­ter­ro­ga­toire, avec le sou­ci cons­tant de faire plai­sir à ceux qui croient en vous. Ils vous le rendent bien, par un adieu poi­gnant de la main ou un « mer­ci » sans pas­ser par la case « Qu’est-ce qu’on dit ? » « Tu te forces à être Père Noël ? » m’a de­man­dé Nathan, 9 ans, après sept heures de la­beur et 169 pho­tos avec un, deux ou trois de ses congé­nères sur les ge­noux, le plus jeune âgé de 1 mois à peine, le plus âgé étant… re­trai­té. Eh bien, non, c’était un vrai plai­sir de croi­ser Maxence et son rêve de ca­serne de pom­piers, Lya in­sé­pa­rable de sa « to­tote » ou ces deux fran­gins dé­gui­sés en Pères Noël, heu­reux de ser­rer la pa­luche de leur mo­dèle… ori­gi­nal.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.