Mais pour­quoi jouent-ils pen­dant les fêtes ?

Pro A.

Le Parisien (Paris) - - SPORTS ILE-DE-FRANCE - JU­LIEN LE­SAGE

SA­ME­DI DER­NIER, les joueurs du Pa­ris-Le­val­lois étaient à Stras­bourg, hier ils jouaient à An­tibes et di­manche ils ac­cueille­ront Le Havre au stade Cou­ber­tin. Même ca­dence pour leurs voi­sins de Nan­terre qui ont re­çu Or­léans sa­me­di, puis Le Mans mar­di avant de fi­nir la se­maine di­manche à Cho­let.

Alors que la plu­part des cham­pion­nats pro­fes­sion­nels en France baissent le ri­deau au mo­ment des fêtes de fin d’an­née, les bas­ket­teurs, comme les rug­by­men, en­chaînent les matchs. Ce­la s’ap­pelle les « jour­nées de Noël », lan­cées par la Ligue de basket (LNB) il y a main­te­nant cinq ans. « On a été les pre­miers à jouer le jour de Noël avec le All Star Game à Ber­cy, ex­plique Ar­naud Se­vaux, res­pon­sable mé­dia à la LNB. On s’est ren­du compte qu’il y avait un en­goue­ment à cette pé­riode, il y avait 15 000 per­sonnes dans la salle. On a com­men­cé par pro­gram­mer deux jour­nées et on a no­té que ça fonc­tion­nait bien.Les taux de rem­plis­sage sont très bons ( NDLR : entre 82 % et 95 % lors des pre­mières édi­tions). Ça booste l’af­fluence des matchs mais c’est aus­si parce que le spec­tacle est au ren­dez-vous. »

De nom­breuses af­fiches

Comme pour le Boxing Day dans le cham­pion­nat de foot an­glais, les af­fiches sont nom­breuses. Cette an­née, la LNB a pro­po­sé le choc entre Pau et Li­moges et le re­make des deux der­nières fi­nales du cham­pion­nat entre Li­moges et Stras­bourg. « C’est une bonne chose pour la pro­mo­tion du basket, es­time Je­ré­my Nzeu­lie, l’ar­rière de Nan­terre. Lors des deux matchs à do­mi­cile, la tri­bune du haut était ou­verte, ce qui n’était pas le cas jusque-là. Une fois, on a joué le 26 et on était sur la route le 25, là ce n’est pas le cas. On va pou­voir pas­ser les fêtes en famille. » La LNB a ain­si pro­gram­mé trois jour­nées au lieu de quatre cette an­née et ex­clut de jouer le 25 dé­cembre.

Afin de bien s’ins­crire dans l’es­prit de Noël, la LNB — qui a dé­jà tis­sé un par­te­na­riat avec la Fon­da­tion de l’ave­nir au bé­né­fice de la re­cherche sur les pa­tho­lo­gies car­diaques — s’est as­so­ciée au Se­cours po­pu­laire fran­çais lors de ces der­niers ren­dez­vous de l’an­née. « C’est une ac­tion ci­toyenne, on a une pen­sée pour les autres. Les spec­ta­teurs des matchs et les clubs ap­portent des jouets neufs qui sont en­suite re­dis­tri­bués à des en­fants dé­fa­vo­ri­sés », pour­suit Ar­naud Se­vaux.

Plus de 10 000 jouets ont ain­si été ré­col­tés l’an der­nier.Les joueurs sont éga­le­ment mis à contri­bu­tion puis­qu’ils entrent sur le par­quet avec un jouet et… un bon­net de lu­tin. « Ce n’est pas mon style mais c’est mar­rant, sou­rit Lan­ding Ada Sa­né, ca­pi­taine du Pa­ris-Le­val­lois. On sent que l’am­biance est dif­fé­rente à cette pé­riode. Les gens sont plus tran­quilles et viennent pour se faire plai­sir. On a du mal à rem­plir la salle pour nos matchs à do­mi­cile, sauf pour ces jour­nées-là. »

Parc des sports Mau­rice-Tho­rez (Nan­terre), mar­di. « Mam » Jai­teh (au centre), comme ses par­te­naires de Nan­terre, a re­vê­tu un bon­net vert de lu­tin et par­ti­ci­pé à l’opé­ra­tion du Se­cours po­pu­laire, sou­te­nue par la Ligue, pour of­frir des jouets aux en­fants dé­fa­vo­ri­sés à Noël.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.