L’in­croyable ca­deau de la pe­tite Aya

Emus par l’in­sa­lu­bri­té du lo­ge­ment dans le­quel vivent Aya et sa mère, des bé­né­voles ont dé­ci­dé de leur ve­nir en aide. Après de pe­tits tra­vaux, ils lancent un ap­pel aux dons.

Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS -

IL Y A des ca­deaux de Noël qui sont bien plus pré­cieux que ceux dé­po­sés sous le sa­pin. Aya, 5 ans, les yeux es­piègles ca­chés der­rière une paire de lu­nettes rondes, vient de l’ap­prendre. La pe­tite fille vi­vait dans un ap­par­te­ment dé­la­bré avec sa mère, Nas­se­ra, lors­qu’elle a re­çu la vi­site d’Anne, qui dis­tri­buait des cho­co­lats et des ca­deaux aux en­fants les plus dé­mu­nis.

Cette bé­né­vole de l’as­so­cia­tion Mille Sou­rires a été frap­pée par l’état du lo­ge­ment dans le­quel vi­vait la famille. « Entre l’hu­mi­di­té, les murs dé­la­brés et les sou­ris, Aya gran­dis­sait dans des condi­tions dif­fi­ciles, ex­plique-t-elle. Elle com­men­çait même à faire de l’asthme à cause de son en­vi­ron­ne­ment. Ses yeux pé­tillants, son sou­rire, sa vi­ta­li­té m’ont fait cra­quer, je de­vais faire quelque chose pour les ai­der. »

(LP/Cl.C.)

Rue Mar­ca­det (XVIIIe), mar­di. Aya ne pen­sait pas vivre des fêtes de fin d’an­née aus­si belles. L’ap­par­te­ment, où elle vit avec sa ma­man, est en ré­no­va­tion grâce à l’ac­tion d’Anne (à gauche) et Ahmed.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.