La vio­lence plein cadre

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - JEAN-MA­RIE MON­TA­LI

Le monde est violent, d’ac­cord. On s’est ha­bi­tué au fait que des gens tuent pour pas grand­chose et que d’autres meurent pour rien. C’est un mal­heur ba­nal, presque nor­mal et tel­le­ment té­lé­gé­nique. Mais faut-il que nos en­fants gran­dissent avec cette vio­lence, fil­mée plein cadre et qui s’in­filtre, sour­noise, dans n’im­porte quel pro­gramme par le biais des bandes-an­nonces ? Soyons clairs : les images de vio­lence ne fa­briquent pas for­cé­ment des cri­mi­nels ou des psy­cho­pathes, puisque les dé­ter­mi­nants de la vio­lence sont plus sû­re­ment in­di­vi­duels, so­ciaux ou fa­mi­liaux. Mais per­sonne ne peut nier que, à l’âge où on ne fait pas très bien la dif­fé­rence entre le monde réel et le monde ima­gi­naire, elles peuvent être très per­tur­bantes. Alors, si on ap­pre­nait à pas­ser plus de temps avec nos en­fants ? A par­ta­ger da­van­tage avec eux plu­tôt que de les lais­ser des heures et des heures de­vant des écrans ? jm­mon­ta­li@le­pa­ri­sien.fr

@jean­ma­rie­mon­tal

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.