C’est vrai­ment Noël au bal­con

Ja­mais un 25 dé­cembre on n’avait consta­té de telles tem­pé­ra­tures. La neige se fait at­tendre, même en mon­tagne.

Le Parisien (Paris) - - SOCIÉTÉ -

LE SA­PIN EST dans le sa­lon, les voi­sins ont dé­co­ré leur bal­con de guir­landes lu­mi­neuses et le ca­len­drier est for­mel : nous sommes bien un 25 dé­cembre. Mais il suf­fit de mettre le nez de­hors pour consta­ter que la na­ture n’a tou­jours pas pris ses quar­tiers d’hi­ver. Les mi­mo­sas sont en fleurs, les mar­ron­niers re­font des feuilles et les jon­quilles com­mencent dé­jà à poin­ter le bout de leurs bulbes. Ja­mais, de mé­moire de cli­ma­to­logue, la France n’avait connu un 25 dé­cembre aus­si doux.

nUn phé­no­mène in­édit de­puis 1658 à Pa­ris

Même s’il reste en­core une se­maine avant que jan­vier ne prenne le re­lais, les prévisionnistes es­timent que la dou­ceur va per­sis­ter jus­qu’au ré­veillon du Nou­vel An et que ce mois de dé­cembre 2015 bat­tra donc tous les re­cords. « C’est le plus chaud qu’ait connu la France de­puis les pre­miers re­le­vés mé­téo et, il n’y a sans doute ja­mais eu de mois de dé­cembre aus­si doux à Pa­ris de­puis 1658 », sou­ligne le pré­vi­sion­niste Fré­dé­ric De­cker de Me­teonews.fr. « Nous sommes à 9,4 de tem­pé­ra­ture moyenne de­puis vingt-trois jours alors que le re­cord men­suel s’éta­blis­sait jus­qu’ici à 8,4 note Fran­çois Gou­rand, de Mé­téo France. Cette si­tua­tion est liée à la pré­sence d’un énorme an­ti­cy­clone de près de 3 000 km de lon­gueur qui s’étend du sud-ouest au nord-est de l’Eu­rope et bloque toutes les per­tur­ba­tions at­lan­ti- ques en as­pi­rant de l’air doux en pro­ve­nance des tro­piques. »

nDes montagnes mar­ron

« Dans les Alpes du sud, les images sa­tel­lite sont im­pres­sion­nantes car les re­liefs sont mar­ron et il n’y a pra­ti­que­ment pas de trace de neige », constate le mé­téo­ro­logue Guillaume Sé­chet. A l’Al­ped’Huez, les 600 ca­nons à neige ont per­mis d’ou­vrir la moi­tié de l’es­pace skiable ha­bi­tuel mais les pistes sont moins larges que d’ha­bi­tude. « Le dé­cor n’y est pas et la si­tua­tion est dé­li­cate pour l’en­semble des do­maines skiables », re­con­naît le res­pon­sable du ser­vice des pistes Ch­ris­tian Re­ver­bel. Vice-pré­sident de l’As­so­cia­tion na­tio­nale pour l’étude de la neige et des ava­lanches, il es­time que les sta­tions vont de­voir s’adap­ter à l’ave­nir à ce manque ré­cur­rent de pou­dreuse. « Il y a qua­rante ans, nous connais­sions entre sept et onze épi­sodes de neige re­mar­quables par sai­son avec des quan­ti­tés com­prises entre 30 et 80 cm, ex­plique le spé­cia­liste. Au­jourd’hui, nous ne bé­né­fi­cions en moyenne que de trois à cinq épi­sodes de grosses chutes de neige par hi­ver dont les épais­seurs dé­passent ra­re­ment 30 cm. »

nRe­cords d’en­so­leille­ment et de sé­che­resse

L’évé­ne­ment est ex­cep­tion­nel en cette sai­son. Le 19 dé­cembre der­nier, un feu de fo­rêt s’est dé­cla­ré à La Teste-de-Buch (Gi­ronde) et deux hec­tares de pins sont par­tis en fu­mée. « Alors que l’on de­vrait être en pé­riode de re­char­ge­ment des nappes phréa­tiques, le su­douest de la France connaît une pé­riode re­mar­quable de sé­che­resse », constate Fran­çois Gou­rand. A Car­cas­sonne, Tou­louse, Agen, il n’a pra­ti­que­ment pas plu de­puis vingt-cinq jours. A Biar­ritz, il n’y a eu que 3,4 mm de pré­ci­pi­ta­tions de­puis le dé­but du mois alors que la moyenne est de 112 mm en dé­cembre. Et pen­dant ce temps, le so­leil s’en donne à coeur joie : à Lyon, Cham­bé­ry, Saint-Etienne, les ha­bi­tants ont bé­né­fi­cié de deux à trois fois plus de jour­nées en­so­leillées que d’ha­bi­tude.

A la sta­tion de Cor­ren­çon-en-Ver­cors, il faut vi­ser juste pour po­ser ses skis sur de la neige…

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.