Une ex­po ra­conte trois siècles de dis­trac­tions et de flâ­ne­ries à Pa­ris

Le Parisien (Paris) - - PARIS - PHI­LIPPE BAVEREL

POUR­QUOI LES GAR­ÇONS de ca­fé fai­saient-ils grève au prin­temps 1907 ? Non seule­ment ils ré­cla­maient une jour­née de re­pos par se­maine mais ils de­man­daient aus­si le droit de por­ter la mous­tache dans l’exer­cice de leurs fonc­tions !

C’est ce qu’on ap­prend en par­cou­rant l’ex­po­si­tion « Bons bai­sers de Pa­ris : 300 ans de tou­risme dans la ca­pi­tale », ac­tuel­le­ment pré­sen­tée à la ga­le­rie des bi­blio­thèques de la Ville (IVe)*. Cet ar­rêt de tra­vail mé­mo­rable fit d’ailleurs la une du « sup­plé­ment lit­té­raire illus­tré » du quo­ti­dien « Le pe­tit Pa­ri­sien » du 5 mai 1907, af­fi­chée sur l’une des ci­maises. « C’est la pre­mière fois qu’on or­ga­nise une ex­po­si­tion sur ce thème à Pa­ris », sou­ligne Syl­vain Pat­tieu, com­mis­saire de l’ex­po et maître de confé­rences à l’uni­ver­si­té de Pa­ris VIII-Saint-De­nis.

Une ville où l’on aime à voir et se faire voir

Au fil d’un par­cours riche en af­fiches, pho­tos d’époque, guides tou­ris­tiques… — au­tant de pièces re­mar­qua­ble­ment ex­po­sées dans des dé­cors de ca­fés re­cons­ti­tués (comme ce­lui du bar de la tour Eif­fel) — le vi­si­teur dé­couvre les trois âges du tou­risme pa­ri­sien. « Dans ce do­maine, le dé­but du XVIIIe siècle ap­pa­raît comme la pré­his­toire avec les voya- ges de jeunes aris­to­crates an­glais no­tam­ment qui vi­sitent Pa­ris ou Rome. Mais le tou­risme naît vé­ri­ta­ble­ment dans les an­nées 1840 avec la ré­vo­lu­tion in­dus­trielle qui va per­mettre la dif­fu­sion de cette pra­tique au-de­là de l’aris­to­cra­tie », ex­plique Syl­vain Pat­tieu.

Ca­pi­tale de la dis­trac­tion, Pa­ris de­vient dans la se­conde moi­tié du XIXe siècle ville de culture et de consom­ma­tion avec l’in­ven­tion des grands ma­ga­sins, si bien ra­con­tée par Emile Zo­la dans son roman « Au bon­heur des dames ».

Les tou­ristes sont d’au­tant plus à l’aise dans la Ville Lu­mière que « les tra­vaux du ba­ron Hauss­mann font de Pa­ris une ville pro­pice à la flâ­ne­rie où l’on aime à voir et se faire voir, no­tam­ment aux ter­rasses des ca­fés », ob­serve Syl­vain Pat­tieu.

Au XXe siècle, lorsque le tou­risme se dé­mo­cra­tise, sur­tout après la Se­conde Guerre mon­diale, Pa­ris réus­sit à gar­der son rang de grande ville de culture et de vil­lé­gia­ture. C’est si vrai qu’au­jourd’hui, pré­cisent les or­ga­ni­sa­teurs, 11 % des sa­la­riés pa­ri­siens tra­vaillent pour ce sec­teur d’ac­ti­vi­té. * 22, rue Mal­her (IVe), mé­tro Saint Paul. Du mar­di au di­manche de 13 heures à 19 heures. Noc­turne gra­tuite le jeu­di de 18 heures à 21 heures. Jus­qu’au 31 mars 2016.

(DR.)

Ga­le­rie des bi­blio­thèques de la Ville (IVe). La une du sup­plé­ment lit­té­raire illus­tré du quo­ti­dien « le pe­tit Pa­ri­sien » du 5 mai 1907 consa­crée à la grève des gar­çons de ca­fé.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.