Vous avez dit rin­garde ?

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - FRÉ­DÉ­RIC VÉZARD

Aux yeux des non-croyants, la confes­sion est le meilleur ar­gu­ment mar­ke­ting de l’Eglise ca­tho­lique. Il suf­fit d’avouer ses fautes à un prêtre et tout est par­don­né. Pra­tique, non ? Dans les an­nées 1960, après le Concile Va­ti­can II, les membres les plus mo­der­nistes du cler­gé avaient, eux aus­si, pris leurs dis­tances avec le confes­sion­nal, ju­geant cette pra­tique fi­gée et mo­ra­li­sa­trice. Un de­mi-siècle plus tard, elle ne semble plus aus­si rin­garde. Dans un monde pres­sé où la com­mu­ni­ca­tion a rem­pla­cé l’écoute, où la fron­tière entre le bien et le mal va­cille, la confes­sion ap­pa­raît à beau­coup comme une res­pi­ra­tion bien­ve­nue.

@FVEZARD

le­pa­ri­sien.fr Dix scènes cultes de confes­sions au ci­né­ma

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.