Le pape aus­si passe aux aveux n

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - V. MD.

Pour les 1,2 mil­liard de fi­dèles de la pla­nète, l’exemple vient d’en haut. Le pape Fran­çois se confesse tous les quinze jours au­près d’un prêtre. « Je suis pé­cheur, je me sens pé­cheur. Dieu m’a re­gar­dé avec mi­sé­ri­corde et m’a par­don­né. Au­jourd’hui en­core, je com­mets des er­reurs et des pé­chés », a confié Jorge Ber­go­glio dans la re­vue of­fi­cielle du Ju­bi­lé de la mi­sé­ri­corde. De­puis son élec­tion, il ne cesse d’in­vi­ter les pé­ni­tents à se li­bé­rer de leur far­deau, ré­pé­tant qu’« il ne faut pas avoir peur de la confes­sion ». « C’est vrai que, quand on va au confes­sion­nal, on res­sent un peu de honte. Mais on n’y ren­contre pas un ju­ge­ment sé­vère, mais le Père, im­men­sé­ment mi­sé­ri­cor­dieux. N’ou­blions ja­mais qu’il n’existe au­cun pé­ché que Dieu ne puisse par­don­ner ! » Les évêques et les prêtres, aus­si, passent au confes­sion­nal. Le père Phi­lippe Vi­gne­ron, qui of­fi­cie à Pa­ris (Xe), avoue ses pé­chés, comme Fran­çois, toutes les deux se­maines. Il le fait au­près de son père spi­ri­tuel, un ami prêtre. Les évêques ne sont pas au­to­ri­sés à don­ner le sa­cre­ment de ré­con­ci­lia­tion aux prêtres sous leurs ordres puisque, même s’ils sont te­nus par le se­cret de la confes­sion, les pé­chés qu’on leur a avoués pour­raient in­fluen­cer leur dé­ci­sion lors des no­mi­na­tions.

Saint-Siège. Le pape Fran­çois se confesse au­près d’un prêtre deux fois par mois.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.