Une fête pour les fa­milles des agents de net­toyage gré­vistes

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE - E.S.

L’ES­PACE de quelques heures, ils ont quit­té leur pi­quet de grève et mis de cô­té leur épui­sant bras de fer. Hier après-mi­di, les fa­milles des gré­vistes de la so­cié­té de net­toyage OMS-Sy­ner­gie, pres­ta­taire du bailleur Pa­ris Ha­bi­tat, ont eu leur propre « trêve des confi­seurs », grâce au co­mi­té de sou­tien qui les épaule de­puis main­te­nant trois mois : spec­tacle de cirque, fête fo­raine et goû­ter.

« La joie de ces en­fants vaut bien qu’on se mette en quatre ! Ils n’ont pas eu de vé­ri­table Noël, et, pour les pa­rents, c’est vrai­ment dur », sa­vourent Alexan­dra et An­nie, deux ma­mans du quar­tier des Fou­gères (XXe) où se trouve le siège d’OMS-Sy­ner­gie.

Une mé­dia­tion a échoué la se­maine der­nière

Elles sont les che­villes ou­vrières d’un co­mi­té de sou­tien né spon­ta­né­ment, fin sep­tembre, aux pre­miers jours de la « grè- ve des net­toyeurs ». Ils étaient alors 53 (sur une cen­taine de sa­la­riés) à stop­per le tra­vail, en conflit avec leur pa­tron pour ob­te­nir, entre autres, des feuilles de paie conformes au code du tra­vail, le paie­ment des heures sup­plé­men­taires et le ver­se­ment plus ré­gu­lier de leurs sa­laires. Plus de trois mois après le dé­but du conflit, ils ne sont plus que 41.

« C’est long, trois mois, ça nous de­mande beau­coup de cou­rage, mais il faut qu’on tienne et c’est grâce au co­mi­té de sou­tien qu’on conti­nue la lutte », es­time Jean­nette, 55 ans, qui net­toie les im­meubles de Pa­ris-Ha­bi­tat de­puis dix-neuf ans. « Nous tien­drons, jus­qu’à être en­ten­dus et res­pec­tés », com­plète As­sa­na Diop, l’un des porte-pa­role des gré­vistes, sou­te­nus par les syn­di­cats CNT-So­li­da­ri­té et la CGT. Le syn­di­cat Sud, en re­vanche, a dé­ci­dé de « lâ­cher le dos­sier » la se­maine der­nière.

Cô­té né­go­cia­tions, c’est le sta­tu quo de­puis l’échec d’une pre­mière ten­ta­tive de mé­dia­tion, qui a ca­po­té la se­maine der­nière à la veille de la si­gna­ture d’un ac­cord. Les dis­cus­sions ne re­pren­dront pas avant jan­vier.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.