N

De com­mis­saire-pri­seur à pa­tron de théâtre

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - C.BA.

Aux cô­tés de Mi­chel Bou­quet et de son épouse, Ju­liette Car­ré, dans « A tort et à rai­son », Fran­cis Lom­brail campe l’Amé­ri­cain qui ac­cuse. Et tout en in­car­nant ce rôle, le co­mé­dien réa­lise un rêve. « Il y a seize ans, j’étais com­mis­saire-pri­seur et mon ac­ti­vi­té mar­chait très bien, ra­conte-t-il. Un soir, alors que j’étais as­sis au troi­sième rang du Théâtre Mont­par­nasse et que je voyais Mi­chel Bou­quet et Claude Bras­seur jouer A tort et à rai­son, j’ai dit à l’amie qui m’ac­com­pa­gnait : Je vais ar­rê­ter mon mé­tier, ache­ter un théâtre et jouer cette pièce. » Fran­cis Lom­brail a te­nu pa­role. Il a mon­té un pe­tit théâtre au Cap-Fer­ret, puis a ache­té le Théâtre Rive-Gauche (Pa­ris XIVe) avec EricEm­ma­nuel Sch­mitt, où il a joué « A tort et à rai­son », et, en­fin, il a ac­quis le Théâtre Hébertot (Pa­ris XVIIe). Après une re­pré­sen­ta­tion du « Père » avec Ro­bert Hirsch, il y a deux ans, il a ren­con­tré Mi­chel Bou­quet et Ju­liette Car­ré. Au­jourd’hui, le voi­ci à la place de Claude Bras­seur, face à ce­lui qu’il ap­pelle en­core res­pec­tueu­se­ment Mon­sieur Bou­quet.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.