La page « Hun­ger Games » est dé­jà tour­née

Le Parisien (Paris) - - LE GUIDE DE VOTRE DIMANCHE - Jen­ni­fer La­wrence A.G. ALAIN GRAS­SET

près de 3 Mds$ de re­cettes (2,73 Mds€) au box-of­fice mon­dial entre 2012 et 2015, les producteurs de la sa­ga ont dé­ci­dé de conti­nuer à ex­ploi­ter le fi­lon. Ils es­pé­raient que leur star Jen­ni­fer La­wrence, alias Kat­niss Ever­deen, par­ti­ci­pe­rait à ces nou­velles aven­tures. Mais l’ac­trice, ren­con­trée à Londres, confirme qu’elle n’en fe­ra pas par­tie. « Je ne vais pas m’im­pli­quer dans ces pré­quelles que les producteurs l’in­ter­roge sur le su­jet, « c’est une ques­tion trop in­dis­crète », elle re­fuse po­li­ment de ré­pondre, re­gar­dant son at­ta­ché de presse, pré­sent du­rant l’en­tre­tien. Mais si elle est au som­met de la gloire au­jourd’hui, elle ne cache pas que tel était son ob­jec­tif. « Je me suis énor­mé­ment in­ves­tie pour y ar­ri­ver. Très jeune, j’avais l’am­bi­tion de réus­sir dans ce mé­tier. J’ai sa­cri­fié beau­coup de choses pour m’im­po­ser, af­firme-t-elle. Sans comp­ter que j’ai eu de la chance en tra­vaillant avec des grands, à l’exemple de Ro­bert De Ni­ro (NDLR : son par­te­naire dans “Hap­pi­ness The- pré­parent. Les scé­na­rios ne sont pas en­core écrits. Je crois aus­si que, pour ma part, j’ai tout in­ves­ti lors de ces quatre films, ex­plique-t-elle. J’ai 25 ans, et l’après- Hun­ger Games a com­men­cé. J’ai ado­ré jouer Kat­niss Ever­deen. Je ne re­nie rien, au contraire. Mais je veux pou­voir tour­ner des choses dif­fé­rentes. Et les pro­po­si­tions ne manquent pas. » La suc­ces­sion de Jen­ni­fer La­wrence est dé­sor­mais ou­verte. ra­py” et “Joy”). Lui don­ner la ré­plique, c’est un peu comme conduire une As­ton Mar­tin. Il m’a gui­dée pro­fes­sion­nel­le­ment et m’aide à gé­rer la cé­lé­bri­té. »

Pour Jen­ni­fer, née le 15 août 1990, à Louis­ville, fille de Ka­ren La­wrence, di­rec­trice d’un camp de va­cances, et de Ga­ry La­wrence, ex-pa­tron d’une en­tre­prise du bâ­ti­ment, tout com­mence à 14 ans. Elle per­suade ses pa­rents de l’em­me­ner à New York pour pour­suivre une car­rière d’ac­trice pro­fes­sion­nelle. Re­mar­quée par des di­rec­teurs de cas­ting, elle com­mence à jouer au ci­né- ma et à la té­lé­vi­sion en 2005. Sa pres­ta­tion dans « Win­ter’s Bone » (2011), dans le rôle d’une jeune fille qui traque son père dea­leur, lui vaut sa pre­mière no­mi­na­tion à l’Os­car de la meilleure ac­trice. De­puis, Jen­ni­fer La­wrence n’ar­rête pas.

Quen­tin Ta­ran­ti­no l’avait pres­sen­tie pour « les 8 Sa­lo­pards ». Mais elle n’était pas libre, elle tour­nait « Joy ». En ce mo­ment, elle est sur le pla­teau de « Passengers », un drame ro­man­tique, réa­li­sé par Mor­ten Tyl­dum (« Imi­ta­tion Game ») face à Ch­ris Pratt (« Ju­ras­sic World »). Et elle pense dé­jà à la suite. « J’ai don­né mon ac­cord à Ste­ven Spiel­berg pour It’s What I Do, d’après les Mé­moires de la pho­to­jour­na­liste Lynsey Addario (prix Pu­lit­zer), où elle ra­conte sa cap­ture en Li­bye par les forces pro-Kadha­fi. » L’ac­trice joue­ra aus­si dans le pro­chain film de Dar­ren Aro­nof­sky.

Un agen­da, char­gé pour la co­mé­dienne qui ré­side à Los An­geles, ne lui laisse guère de temps pour sa vie pri­vée. Son idylle bri­sée avec Ch­ris Mar­tin, le lea­deur de Cold­play, on lui prête une love sto­ry avec Liam Hem­sworth, son par­te­naire de « Hun­ger Games ». « Nous avons gran­di en­semble. Et Liam est trop ca­non, qu’est-ce que vous au­riez fait à ma place ? » a-t-elle avoué lors d’un show té­lé.

« J’ai sa­cri­fié beau­coup de choses pour m’im­po­ser »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.