« Les clients­doivent être ras­su­rés »

Le Parisien (Paris) - - LE GUIDE DE VOTRE DIMANCHE - A.R.

LA DES­TI­NA­TION ne s’im­pose pas na­tu­rel­le­ment aux can­di­dats à un sé­jour au so­leil, pas plus que « vendre » Haï­ti ne vient spon­ta­né­ment à l’es­prit pour les agents de voyages. « La plu­part des clients se posent d’abord la ques­tion de la sécurité quand on leur pro­pose un sé­jour », ob­serve Lau­rène Bar­beillon, re­spon- sable d’une agence du ré­seau Se­lec­tour Afat à Beaune (Côte-d’Or). Les nom­breux cas de pillages et d’agres­sions, qui ont fait l’ac­tua­li­té dans les mois qui ont sui­vi le trem­ble­ment de terre de 2010, ont lar­ge­ment contri­bué à la mau­vaise ré­pu­ta­tion de l’île.

« La si­tua­tion s’est vrai­ment amé­lio­rée, té­moigne Ma­ga­lie Da­niel, agent de voyages à Guingamp (Côtes-d’Ar­mor) qui a, pour des rai­sons fa­mi­liales, fait plu­sieurs voyages dans l’île ces dix der­nières an­nées. Je me sou­viens qu’il était im­pé­ra­tif, pen­dant un temps, de faire ap­pel aux ser­vices d’un chauf­feur-garde du corps pour cir­cu­ler sans avoir de pro­blèmes à Port-au-Prince. Au­jourd’hui en­core, les clients doivent être ras­su­rés. La pos­si­bi­li­té of­ferte par Look Voyages de par­tir en for­mule tout com­pris, dans un hô­tel-club pro­té­gé pro­po­sant des ex­cur­sions en­ca­drées, fa­ci­lite notre tra­vail. »

Reste que les pro­fes­sion­nels du tou­risme — une cen­taine d’agents de voyages ont fait le dé­pla­ce­ment sur place en dé­but de mois à l’in­vi­ta­tion du tour-opé­ra­teur — ne pro­posent pas la des­ti­na­tion à tous leurs clients. « Je la conseille aux voya­geurs aguer­ris et qui ont une bonne connais­sance des Ca­raïbes, pour­suit Lau­rène Bar­beillon. Pour eux, qui ont dé­jà sé­jour­né dans les An­tilles fran­çaises et en Ré­pu­blique do­mi­ni­caine, Haï­ti est une bonne al­ter­na­tive pour dé­cou­vrir un vi­sage in­con­nu de la Ca­raïbe. » Y al­ler. Air Ca­raïbes as­sure deux al­lers­re­tours (di­manche et mar­di) de­puis Or­ly Sud ( www.air­ca­raibes.com). Air France des­sert Port-au-Prince, jus­qu’à 6 jours par se­maine, avec une es­cale à Pointe-à-Pitre, en Gua­de­loupe ( www.air­france.fr). Il est pos­sible de louer une voi­ture sur place ( www.avi­shai­ti.com), mais les condi­tions de cir­cu­la­tion sont anarchiques et les conduc­teurs lo­caux dé­pour­vus de per­mis et d’as­su­rance. On op­te­ra plu­tôt pour des dé­pla­ce­ments en tap-tap, trans­port en com­mun lo­cal sous la forme de picks-ups pris d’as­saut par les Haï­tiens. Y sé­jour­ner. On peut ré­ser­ver via In­ter­net des sé­jours au­près des quelques hô­tels si­tués sur les côtes haï­tiennes. Le Loo­kéa Ma­gic Haï­ti est le seul club de va­cances fran­co­phone en for­mule tout com­pris. A par­tir de 1 049 € par per­sonne en for­mule tout in­clus (vols, trans­ferts, hé­ber­ge­ment et pen­sion com­plète).01.45.15.31.70, www.look-voyages.fr, en agences de voyages. A ra­me­ner. De l’ar­ti­sa­nat lo­cal, des pe­tits ob­jets de fer­ron­ne­rie, l’une des grandes spé­cia­li­tés d’Haï­ti avec les ta­bleaux très co­lo­rés d’art naïf. Se ren­sei­gner. L’édi­tion 2015 du Pe­tit Fu­té (16 €) très utile sur place. Pour pré­pa­rer son voyage, une vi­site sur le site du mi­nis­tère haï­tien du tou­risme : www.hai­ti­tou­risme.gouv.ht.

(LP/A.R.)

Laure, Gré­go­ry et leur fille Lo­la ont dé­cou­vert Haï­ti en sé­jour­nant au club va­cances Loo­kéa.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.