Le coût de la sécurité

Le Parisien (Paris) - - LE FAIT DU JOUR - FRÉ­DÉ­RIC VÉZARD

Les po­li­tiques le ré­pètent à l’unis­son : la sécurité est un droit fon­da­men­tal pour chaque ci­toyen. On se ré­joui­ra donc que le monde ban­caire, après avoir im­po­sé l’usage qua­si uni­ver­sel de la carte de cré­dit et pous­sé au dé­ve­lop­pe­ment du paie­ment élec­tro­nique, mette son ex­per­tise au ser­vice de la lutte contre les fraudes. Mais qui doit as­su­mer le coût de cette sécurité ? Pas les consom­ma­teurs. Ban­quiers et com­mer­çants se­ront les pre­miers bé­né­fi­ciaires d’un sys­tème plus sûr et il se­rait cho­quant que les cartes les mieux pro­té­gées ne soient ac­ces­sibles qu’aux clients les plus ai­sés.

@FVEZARD Avec près de 86 mil­lions d’uni­tés (68 mil­lions en­vi­ron pour les cartes ban­caires, et 18 mil­lions pour les cartes pri­va­tives), la carte est l’ins­tru­ment de paie­ment le plus uti­li­sé en France. Ce pe­tit mor­ceau de plas­tique est aus­si le moyen de paie­ment qui pro­gresse le plus (+ 5,7 % en 2013). Le mon­tant moyen d’une tran­sac­tion par carte est de 49 €. Avec 37 chèques émis en moyenne par an, les Fran­çais en sont les plus gros uti­li­sa­teurs en Eu­rope. Ils ne re­pré­sentent ce­pen­dant plus que 9 % des moyens de paie­ment, sup­plan­tés de­puis 2003 par les cartes. 55 %, c’est, en pour­cen­tage, le nombre de tran­sac­tions en­core payées en es­pèces en France, se­lon un rap­port sur l’ave­nir des moyens de paie­ment de 2012.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.