Les confes­sions gla­çantes de l’épouse de Sa­my Ami­mour

Dans une sé­rie de cour­riels dé­cou­verts par les en­quê­teurs, Ka­hi­na, 18 ans, se fé­li­cite du sa­cri­fice de son ma­ri, l’un des trois ka­mi­kazes du Ba­ta­clan, avant de me­na­cer d’autres at­taques san­glantes.

Le Parisien (Paris) - - TERRORISME -

« JE SUIS TEL­LE­MENT fière de mon ma­ri et de van­ter son mé­rite, ah là là, je suis si heu­reuse… » Ces mots se­raient ba­nals s’ils n’étaient pas lan­cés par la femme d’un ka­mi­kaze. Ka­hi­na, une ly­céenne fran­ci­lienne de 18 ans par­tie en Syrie à l’au­tomne 2014, est l’épouse re­li­gieuse de Sa­my Ami­mour, l’un des ter­ro­ristes du Ba­ta­clan, ren­con­tré alors qu’il était en­core en France. Dans une sé­rie de cour­riels gla­çants adres­sés à l’une de ses an­ciennes connais­sances et que les en­quê­teurs ont dé­cou­verts dans le cadre des in­ves­ti­ga­tions sur les at­ten­tats du 13 no­vembre, elle dit s’émer­veiller de son quo­ti­dien au sein de Daech, s’en­or­gueillit du « sa­cri­fice » de son ma­ri, avant de mettre en garde contre de nou­velles at­taques sur le sol fran­çais.

Ka­hi­na au­rait fait la connais­sance de Sa­my Ami­mour en Seine-SaintDe­nis dans un bus conduit par le chauf­feur de la RATP. La date n’est pas connue, mais cette ren­contre coïn­ci­de­rait avec le dé­but de sa ra­di­ca­li­sa­tion, cou­rant 2013. Bonne élève, elle se­rait res­tée en contact sur In­ter­net avec le ma­chi­niste par­ti en Syrie en sep­tembre 2013, avant d’aban­don­ner sa sco­la­ri­té en pleine an­née de ter­mi­nale pour le re­joindre et de­ve­nir sa femme. qu’elle vient de dé­crire, elle ra­conte en­suite les bom­bar­de­ments et met en garde contre une ri­poste san­glante à ve­nir. « Une fois, quand j’étais en Syrie, j’étais au souk tran­quille et d’un coup on en­tend un bruit énorme une explosion énorme ! […] Pour le mo­ment ils en­voient leurs avions, et vous en France et ailleurs vi­vez bien, et les gens ici meurent, c’est in­juste. Bien­tôt, inch Al­lah, la France et toute la coa­li­tion vont sa­voir c’est quoi la guerre chez elle. […] Vous nous tuez, on vous tue, l’équa­tion est simple. »

(DR.)

Sa­my Ami­mour.

Dans un dis­cours en­doc­tri­né, Ka­hi­na s’émer­veille de son quo­ti­dien à Mos­soul en Irak, aux mains de Daech (ici en train de dis­tri­buer des ni­qabs) : « J’ai un ap­part tout meu­blé avec cui­sine équi­pée, deux salles de bains toi­lettes, et je paye pas de loyer. La belle vie quoi !!! »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.