Le rêve amé­ri­cain des co­miques fran­çais

Ils s’ap­pellent Gad El­ma­leh, Anne Rou­ma­noff ou Kev Adams, et fran­chir l’At­lan­tique ne leur fait pas peur. Le pu­blic vi­sé : les Fran­çais ex­pa­triés mais aus­si des Amé­ri­cains de plus en plus fran­co­philes.

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - THIER­RY DAGUE

POUR AP­PLAU­DIR Gad El­ma­leh ces pro­chains mois, il fau­dra s’of­frir un billet pour New York. C’est sur une scène de Man­hat­tan, le Joe’s Pub, que le « num­ber one co­me­dian in France », dixit l’af­fiche, se pro­dui­ra du 21 jan­vier au 27 mars 2016. Au même mo­ment, en fé­vrier, Anne Rou­ma­noff s’of­fri­ra trois dates amé­ri­caines, à San Fran­cis­co, Los An­geles et New York, de même que le pro­dige ven­tri­loque Jeff Pa­na­cloc, en at­ten­dant Mi­chel Bou­je­nah en mai. Kev Adams, lui, rentre de Los An­geles, où il s’est frot­té aux clubs lo­caux. Nos co­miques fren­chies se­raient-ils en train de conqué­rir l’Amé­rique ?

« Je ne suis pas en train de dé­mar­rer une car­rière in­ter­na­tio­nale ! s’amuse Anne Rou­ma­noff. C’est une ré­créa­tion, mais aus­si l’op­por­tu­ni­té de tou­cher un pu­blic fran­çais qui vit là-bas. » Un pu­blic de plus en plus nom­breux : en moins de quinze ans, le nombre de Fran­çais ins­tal­lés aux Etats-Unis est pas­sé de 80 000 à 130 000, prin­ci­pa­le­ment à New York, San Fran­cis­co, Los An­geles, Wa­shing­ton, Mia­mi et Chi­ca­go, se­lon le mi­nis­tère des Af­faires étran­gères. En réa­li­té, ils se­raient deux fois plus, car ce chiffre ne compte que ceux qui s’en­re­gistrent au­près des consu­lats.

De quoi rem­plir quelques salles. Le pre­mier à l’avoir com­pris s’ap­pelle Franck Bon­drille. Ce Fran­çais ba­sé à Mia­mi, qui di­rige la so­cié­té d’évé- ne­men­tiel En­tou­rage En­ter­tain­ment, a com­men­cé à pro­duire des tour­nées d’ar­tistes fran­çais dès 2007, avec Ro­land Mag­dane. « A l’époque, c’était dif­fi­cile de faire ve­nir les gens, confie-t-il. De­puis trois ans, c’est plus fa­cile. » Grâce à lui, Ja­mel Deb­bouze, Elie Se­moun, Pa­trick Bos­so ont fou­lé les planches amé­ri­caines. Rou­ma­noff, Pa­na­cloc, Kev, Bouje- nah, c’est lui aus­si. « On leur trouve des salles de 300 à 500 places, et on s’oc­cupe de tout : la lo­gis­tique, le mar­ke­ting, la com­mu­ni­ca­tion. Les ar­tistes sont à la fois plus dé­con­trac­tés qu’en France, parce qu’on ne les re­con­naît pas dans la rue, et plus an­xieux, car ils doivent sé­duire un pu­blic qui n’est pas for­cé­ment fan. »

Connec­tés à TV5 et à In­ter­net, les ex­pa­triés savent tout de même à qui ils ont af­faire. « Ils sont très au cou­rant de l’ac­tua­li­té fran­çaise, re­marque Anne Rou­ma­noff, qui avait dé­jà joué à Mia­mi et à New York l’an der­nier. J’al­lège les al­lu­sions po­li­tiques trop poin­tues. » Son sketch sur une Amé­ri­caine qui com­pare la France aux Etats-Unis a fait un ta­bac. Un thème re­pris par tous ses confrères.

Comme Gad El­ma­leh, par exemple, qui est al­lé beau­coup plus loin dans son rêve amé­ri­cain. De­puis bien­tôt deux ans, il joue son spec­tacle en­tiè­re­ment en an­glais, et écume les « co­me­dy clubs » de­vant un pu­blic au­tant amé­ri­cain que fran­çais. Coa­ché par son ami Jer­ry Sein­feld, star du rire aux EtatsU­nis, l’hu­mo­riste s’est même ins­tal­lé à New York. Son ca­det Kev Adams ca­resse les mêmes am­bi­tions : après une tour­née en fran­çais, en juin der­nier, lui aus­si s’est lan­cé dans la langue de Sha­kes­peare. La star d’« Ala­din » rêve d’une car­rière outre-At­lan­tique : il a un agent à Hol­ly­wood, prend des cours d’an­glais et passe des cas­tings. Lors de son der­nier sé­jour ca­li­for­nien, dé­but dé­cembre, il par­ta­geait fiè­re­ment ses sel­fies avec Leo­nar­do DiCa­prio, Jus­tin Bie­ber ou Ja­mie Foxx. Dans l’es­poir d’être un jour l’un des leurs ?

« J’al­lège les al­lu­sions po­li­tiques trop poin­tues »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.