Mé­téo : le dé­part amer de Joël Col­la­do

Le Parisien (Paris) - - TÉLÉVISION ET MÉDIAS - HÉ­LÈNE BRY

POUR UN PEU, sa toute der­nière mé­téo, un di­manche à 9 heures sur France In­ter, après vingt-deux ans à faire la pluie et le beau temps sur les an­tennes de Ra­dio France, au­rait pu pas­ser in­aper­çue. D’ailleurs, Joël Col­la­do a dé­li­vré son ul­time bul­le­tin exac­te­ment comme les autres, avec son cha­leu­reux ac­cent tou­lou­sain bien connu des au­di­teurs. Mais en le « lan­çant », comme on dit en ra­dio, sa col­lègue d’an­tenne Pa­tri­cia Mar­tin avait de l’émo­tion dans la voix et lui a ren­du un hom­mage ap­puyé.

Il faut dire que si la mé­téo qu’il an­non­çait hier était clé­mente, elle avait un goût amer pour l’in­gé­nieur pré­vi­sion­niste à Mé­téo France de 66 ans. « J’éprouve une pro­fonde dé­cep­tion à être ain­si évin­cé, après vingt-deux ans sur France In­ter, France In­fo et France Bleu. Alors que je me suis in­ves­ti à 500 %, que je ne pense pas avoir fait de bou­lette et que je ne suis pas cli­ma­tos­cep­tique ! » (NDLR : al­lu­sion au li­cen­cie­ment du Mon­sieur Mé­téo de France 2, Phi­lippe Ver­dier, après la pu­bli­ca­tion d’un livre très contro­ver­sé à la veille de la COP21), nous confiait hier soir Joël Col­la­do qui ne pré­sen­te­ra plus la mé­téo à la ra­dio mais res­te­ra sa­la­rié de Mé­téo France.

Les pré­sen­ta­teurs mé­téo de Ra­dio France ont cette par­ti­cu­la­ri­té de ne pas être pas de « simples » ani­ma­teurs, mais des in­gé­nieurs de Mé­téo France ef­fec­tuant des pres­ta­tions pour Ra­dio France, en ver­tu d’un ac­cord entre les deux en­tre­prises. Or, cette si­tua­tion est en train d’évo­luer ces der­nières an­nées pour plu­sieurs rai­sons, comme l’ex­plique Mi­chel Po­lac­co, se­cré­taire gé­né­ral de l’in­for­ma­tion du groupe Ra­dio France.

Fé­mi­ni­ser l’an­tenne

« Dé­jà, il y a une vo­lon­té à Ra­dio France d’avoir dé­sor­mais des pré­sen­ta­teurs mé­téo qui ne soient pas for­cé­ment in­gé­nieurs prévisionnistes mais soient en di­rect et en stu­dio, à Pa­ris. Une vo­lon­té aus­si de fé­mi­ni­ser l’an­tenne. Par ailleurs, Mé­téo France avait dé­ci­dé que les mo­da­li­tés de l’ac­cord fi­nan­cier avec Ra­dio France chan­geaient, et Ra­dio France n’avait pas les moyens de suivre. »

En clair, l’idée est de pas­ser de deux postes et de­mi de prévisionnistes tra­vaillant pour la ra­dio pu­blique à un poste et de­mi, ex­plique Mi­chel Pol­la­co. Qui pré­cise que par ailleurs, « il y a trois ans, lorsque Jacques Kessler a pris sa re­traite, Joël Col­la­do avait en tête de la prendre aus­si puis a chan­gé d’avis ». Ce que l’in­té­res­sé dé­ment : « Il a tou­jours été ques­tion que je prenne ma re­traite fin 2016. »

« On ne veut au­cun mal à Joël Col­la­do qui a tou­jours été un bon pro­fes­sion­nel, ad­met Mi­chel Po­lac­co. Mais nous ne sommes pas son em­ployeur di­rect, et il était au cou­rant que les choses al­laient s’ar­rê­ter… »

« Per­sonne ne m’en a par­lé à Ra­dio France et j’ai ap­pris en sep­tembre, par le PDG de Mé­téo France, ce que je consi­dère moi comme une sanc­tion in­juste », ful­mine l’ex-pré­sen­ta­teur.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.