La Fran­çaise à 3 500 € car­tonne en Inde

Lan­cée en oc­tobre en Inde, la voi­ture à très bas coût de Re­nault a dé­jà en­re­gis­tré 75 000 com­mandes. Un en­goue­ment qui s’ex­plique par son prix : 3 500 € pour le mo­dèle de base.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - VINCENT VÉRIER

LA VOI­TURE RE­NAULT à très bas coût sé­duit les In­diens. Deux mois après sa com­mer­cia­li­sa­tion la Kwid de la marque au lo­sange en­re­gis­trait 75 000 com­mandes fermes fin no­vembre, in­dique le construc­teur. Près de 15 000 uni­tés de ce SUV sont même dé­jà en cir­cu­la­tion.

Avec son look de 4 x 4 ur­bain, la Kwid sé­duit no­tam­ment par son prix. Le construc­teur fran­çais est par­ve­nu ici à pro­po­ser une voi­ture neuve à par­tir de… 3 500 €. Com­ment ? « Il n’y a pas de gas­pillage, tout a été pen­sé pour être payé au juste prix, dé­taille l’en­tre­prise. Nous avons fait beau­coup d’éco­no­mies en coût de dé­ve­lop­pe­ment et nous avons fait ap­pel à des four­nis­seurs lo­caux. »

Ain­si, 98 % des pièces sont made in India et donc réa­li­sées par une main-d’oeuvre peu coû­teuse. La plate-forme du vé­hi­cule a été co­dé­ve­lop­pée avec le construc­teur ja­po­nais Nis­san pour ré­duire les coûts. Par ailleurs, pour 3 500 €, les pres­ta­tions res­tent ba­siques.

Faire la chasse au gas­pi

« C’est une voi­ture spar­tiate, ré­sume Florent Gri­mal­di, de la CGT au centre tech­nique de Lar­dy (Es­sonne). Si le mo­teur est nou­veau, il n’y a pas d’avan­cée tech­nique ma­jeure. Il cor­res­pond, en termes de puis­sance, à ce­lui qui équi­pait la Twin­go il y a vingt ou trente ans. Il a sim­ple­ment été re­des­si­né et réa­li­sé avec des pièces moins coû­teuses. »

Une phi­lo­so­phie que l’on re­trouve pour chaque par­tie de la Kwid. Que ce soit pour les plas­tiques, les ca­ou­tchoucs mais aus­si pour les lève-vitres, qui sont ma­nuels, tout a été ima­gi­né pour faire la chasse au gas­pi. « Mais c’est une voi­ture ro­buste, qui cor­res­pond au mar­ché in­dien, in­siste le construc­teur. Et pour les mo­dèles haut de gamme (NDLR : au­tour de 5 000 €), il y a le GPS. » Un pro­jet qui a abou­ti après dix-huit mois de tra­vail. « Quand on sait que les in­gé- nieurs ont créé la Kwid à par­tir d’une feuille blanche, c’est in­croyable », dé­taille un cadre de Re­nault.

Der­rière ce pro­jet, on re­trouve un des pères de la Lo­gan, Gé­rard De­tour­bet, 67 ans. « C’est un pro­jet qui s’est fait au for­ceps, pré­cise Franck Daout, de la CFDT Re­nault. Ce­la n’a pas tou­jours été une par­tie de plai­sir. La Kwid s’est faite au­tour d’une pe­tite équipe ins­tal­lée en Inde, une sorte de com­man­do. Il a fal­lu re­faire des cal­culs au Tech­no­centre à Guyan­court (NDLR : Yve­lines). Le pro­jet a abou­ti. Mais on ne peut pas fonc­tion­ner comme ça en per­ma­nence. »

Au­jourd’hui, Re­nault est en Inde le pre­mier construc­teur eu­ro­péen avec 1,5 % du mar­ché, très loin des Ma­ru­ti Su­zu­ki (46 % du mar­ché) et Hyun­dai (16 %). L’ob­jec­tif pour l’en­tre­prise fran­çaise est d’at­teindre 5 % dans les pro­chaines an­nées. Uni­que­ment com­mer­cia­li­sée en Inde, la Kwid pour­rait être ven­due dans d’autres pays émer­gents.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.