Florent Gro­berg, le « french héros » des Etats-Unis, va re­ve­nir dans sa ville na­tale (78)

Le Parisien (Paris) - - ILE-DE-FRANCE - YVES FOS­SEY

Un en­fant des Yve­lines a été dé­co­ré de la plus haute dis­tinc­tion mi­li­taire aux Etats-Unis. Le 12 no­vembre, Florent Gro­berg, qui a vé­cu jus­qu’à l’âge de 11 ans à Achères, a re­çu des mains du pré­sident Ba­rack Oba­ma la Me­dal of Ho­nor pour son acte de bravoure en Af­gha­nis­tan. Ca­pi­taine au sein de l’in­fan­te­rie amé­ri­caine, Florent Gro­berg avait sau­vé la vie de plu­sieurs de ses hommes en Af­gha­nis­tan en août 2012 en pla­quant au sol un ter­ro­riste vê­tu d’une veste ex­plo­sive. Pro­je­té à plus de 10 m par le souffle, il avait eu le mol­let gauche ar­ra­ché. Quatre sol­dats avaient per­du la vie. Sans lui, le bi­lan au­rait pu être plus lourd. « Il consi­dère qu’il n’a fait que son de­voir, confiait sa mère à la veille de la cé­ré­mo­nie. Il re­fuse qu’on le traite en héros. » Agé de 32 ans, au­jourd’hui équi­pé d’une pro­thèse, il tra­vaille tou­jours pour le Pen­ta­gone, le mi­nis­tère de la dé­fense amé­ri­cain. Et il pour­rait re­ve­nir sur ses terres na­tales en 2016. « Comme il est pas­sion­né de football et qu’il a émis le sou­hait de ve­nir à l’Eu­ro 2016, nous l’avons in­vi­té », in­dique Karl Olive, le maire (LR) de Pois­sy, la ville na­tale de Florent Gro­berg. Dé­but dé­cembre, la ville lui a dé­jà dé­cer­né un Saint-Louis d’or, qui ré­com­pense les ha­bi­tants mé­ri­tants.

(AFP/HO.)

Ba­rack Oba­ma avait re­mis une mé­daille à Florent Gro­berg (ici avec ses pa­rents) pour avoir sau­vé plu­sieurs de ses hommes en Af­gha­nis­tan.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.