L’in­quié­tante aug­men­ta­tion des actes an­ti-is­lam

In­sultes, me­naces, in­cen­die de mosquées… L’an­née des at­ten­tats à Pa­ris au­ra été aus­si celle des actes an­ti-mu­sul­mans, qui ont été mul­ti­pliés par trois en un an.

Le Parisien (Paris) - - POLITIQUE - CHARLES DE SAINT SAUVEUR

LES CHIFFRES ne sont pas en­core dé­fi­ni­tifs, mais le bi­lan s’an­nonce dé­jà tris­te­ment his­to­rique. En 2015, plus de 400 actes an­ti-mu­sul­mans ont été of­fi­ciel­le­ment re­cen­sés en France. Soit + 200 % par rap­port aux 133 comp­ta­bi­li­sés l’an pas­sé, comme le ré­vèle la Dé­lé­ga­tion in­ter­mi­nis­té­rielle à la Lutte contre le ra­cisme et l’an­ti­sé­mi­tisme (Dil­cra). Avec en point d’orgue, les spec­ta­cu­laires évé­ne­ments d’Ajac­cio le week-end der­nier, comme pour si­gner une an­née par­ti­cu­liè­re­ment noire. « C’est une hausse spec­ta­cu­laire et très in­quié­tante, qui s’ex­plique es­sen­tiel­le­ment par la flam­bée des actes qui ont sui­vi les at­ten­tats de jan­vier », ob­serve Gilles Cla­vreul, le pa­tron de la Dil­cra.

La pa­role ra­ciste s’est li­bé­rée

Au-de­là des chiffres, c’est aus­si le de­gré des vio­lences qui est mon­té d’un cran cette an­née. En 2015, de très nom­breux lieux de culte — 1 000 sur 2 500 sont ac­tuel­le­ment pro­té­gés par les ser­vices de l’Etat — ont été pris pour cible. Graf­fi­tis, dé­pôt de têtes et abat­tis de co­chon, jets de cock­tails Mo­lo­tov ou in­cen­die, comme cet été à Auch ou il y a quelques jours dans la ca­pi­tale corse…

« Les grou­pus­cules iden­ti­taires s’en sont pris à des femmes parce qu’elles étaient voi­lées. Cer­taines ont vu leur fou­lard ar­ra­ché, une autre a même été vio­lem­ment frap­pée. L’in­quié­tude est très vive dans la com­mu­nau­té re­li­gieuse », dé­plore Ab­dal- lah Ze­kri, pré­sident de l’Ob­ser­va­toire contre l’is­la­mo­pho­bie, rat­ta­ché au CFCM (Con­seil fran­çais du culte mu­sul­man). « Et en­core, 15 % en­vi­ron des gens ne portent pas plainte, parce qu’ils ont in­té­gré l’idée que ce­la ne ser­vait à rien. » Il en sait quelque chose : en 2013, sa mai­son nî­moise a été ta­guée d’in­jures ra­cistes et d’une croix gam­mée. « Ma plainte n’a rien don­né », dit-il, amer. La plu­part du temps, les au­teurs s’éva­nouissent dans la na­ture. Mais il y a des ex­cep­tions : à Mâ­con où une mos­quée a été prise pour cible le 25 avril, deux in­cen­diaires ont été condam­nés à six mois de pri­son ferme.

Ces chiffres de l’is­la­mo­pho­bie ne disent pas tout du cli­mat gé­né­ral, ali­men­té par une libération de la pa­role ra­ciste, dans la rue ou sur les ré­seaux so­ciaux. « Une uni­té de lutte contre la haine sur In­ter­net (NDLR : po­lice ju­di­ciaire) est en place de­puis cet au­tomne. Au­jourd’hui, c’est in­suf­fi­sam­ment ré­pri­mé. Mais ce­la va chan­ger, nous al­lons me­ner un com­bat sans re­lâche », pro­met Gilles Cla­vreul, à la tête de la Dil­cra, do­tée au prin­temps d’un bud­get de 100 M€ sur trois ans. Face à ce ta­bleau in­quié­tant, le dé­lé­gué in­ter­mi­nis­té­riel ne déses­père pas : « La so­cié­té fran­çaise, dans son en­semble, a su ré­agir avec so­li­da­ri­té. Elle n’est pas tom­bée dans le piège où les ex­tré­mistes de tous bords veulent l’en­traî­ner. »

@cde­saint­sau­veur

Auch (Gers), le 25 août. Un in­cen­die cri­mi­nel a dé­truit la mos­quée.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.