Lo­ge­ments neufs : la re­prise est en vue

Se­lon les pro­fes­sion­nels, la hausse des per­mis de construire sur un an (+ 0,3 %) an­nonce une nette em­bel­lie en 2016.

Le Parisien (Paris) - - ÉCONOMIE - VINCENT VÉRIER

POUR LES EN­TRE­PRISES du bâ­ti­ment, l’op­ti­misme est de re­tour. Les der­niers chiffres an­non­cés hier par le mi­nis­tère du Lo­ge­ment ont en ef­fet confir­mé la ten­dance, de plus en plus pro­met­teuse, ob­ser­vée de­puis plu­sieurs mois. Ain­si, le nombre de per­mis de construire ac­cor­dés pour les lo­ge­ments neufs a pro­gres­sé de 8,7 % sur les trois der­niers mois par rap­port à la même pé­riode de 2014. Sur un an, leur nombre s’éta­blit à 379 600, soit une hausse de 0,3 %. « Cette aug­men­ta­tion peut pa­raître faible mais, quand on la com­pare avec le chiffre du dé­but d’an­née, qui avait été ca­tas­tro­phique (- 20 %), c’est un vrai re­bond, ana­lyse la Fé­dé­ra­tion fran­çaise du bâ­ti­ment (FFB). Pour nous, c’est clair, la re­prise est là. »

Vers une pro­gres­sion de 5 % en 2016

Par­mi les ré­gions où les per­mis de construire ont été par­ti­cu­liè­re­ment nom­breux fi­gurent l’Aqui­taine, au­tour de Bor­deaux, Pro­vence-Al­pesCôte d’Azur ou en­core la Bre­tagne. « L’Ile-de-France est tou­jours un cas par­ti­cu­lier dans l’im­mo­bi­lier puisque le fon­cier y est très cher. Mais là aus­si, il y a une dy­na­mique de bon au­gure », es­time la FFB. Au fi­nal, la Fé­dé­ra­tion fran­çaise du bâ­ti­ment table pour 2016 sur une pro­gres­sion de 5,5 % de la production de lo­ge­ments neufs en France. Une re­prise que les pro­fes­sion­nels ex­pliquent par quatre fac­teurs : l’amé­lio­ra­tion du mo­ral des mé­nages, la re­prise des ventes de lo­ge­ments neufs, les taux d’in­té­rêt qui res­tent bas et les ré­centes me­sures gou­ver­ne­men­tales. No­tam­ment le dis­po­si­tif Pi­nel, qui doit re­lan­cer l’in­ves­tis­se­ment lo­ca­tif, ou en­core le ren­for­ce­ment du prêt à taux zé­ro (PTZ), qui pour­rait per­mettre à 35 000 ou 40 000 mé­nages sup­plé- men­taires d’ache­ter dans le neuf. Seul bé­mol, le taux d’an­nu­la­tion des per­mis de construire, pour di­verses rai­sons — dé­lais dé­pas­sés, manque de fi­nan­ce­ment, chan­ge­ments de normes, er­reur d’en­re­gis­tre­ment — reste su­pé­rieur à sa moyenne, aus­si bien pour les lo­ge­ments in­di­vi­duels (15,8 %) que les lo­ge­ments col­lec­tifs (19,2 %). Des chiffres qui n’in­quiètent pas les pro­fes­sion­nels, au contraire. « Compte te­nu de tous les pro­jets im­mo­bi­liers que nous avons dans les tuyaux, on va se re­trou­ver l’an­née pro­chaine au même ni­veau de production qu’avant 1999, pour­suit la FFB. Ça pa­raît loin, mais il faut sa­voir que, après avoir at­teint un pic de production en 2007, on ne fait que bais­ser. De­puis la crise de 2008, ex­cep­té un re­bond en 2011, un épi­phé­no­mène dû à des me­sures gou­ver­ne­men­tales, on a per­du entre 18 % et 20 %. »

Reste main­te­nant à es­pé­rer que cette re­prise se tra­duise par des em­bauches. En 2015, c’est l’équi­valent de 30 000 postes à temps plein qui ont en­core été dé­truits. « Il fau­dra at­tendre 2017, pré­dit la FFB. L’ac­ti­vi­té lo­ge­ment neuf pro­gresse mais l’autre seg­ment, l’amé­lio­ra­tion-en­tre­tien des lo­ge­ments, lui, stagne. Mais nous sommes en train de sor­tir de la crise. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.