N

Mé­dard : « Le plus dur reste à ve­nir »

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - D.O.

Quand il a dé­cou­vert son nom dans la liste, Maxime Mé­dard, 29 ans, 41 sélections, était for­cé­ment très content. Ou­blié par Saint-An­dré pour le Mon­dial, l’ar­rière pro­fite de son bon dé­but de sai­son avec le Stade tou­lou­sain, lea­deur du Top 14. « C’est sûr que quand tu vis une Coupe du monde, tu es­pères tou­jours en faire une deuxième, di­sait-il hier soir. Je suis pas­sé à cô­té. Mais je n’ai pas de re­grets, je n’en veux à per­sonne. C’est de l’his­toire an­cienne tout ça. » Une chose est sûre : No­vès connaît par­fai­te­ment Mé­dard pour l’avoir en­traî­né du­rant quinze ans. « Je ne sais pas si c’est un atout, pré­cise le joueur. Guy ne fait pas de ca­deau et ne m’a ja­mais fait de ca­deau. Si j’avais été nul, je n’au­rais pas été pris. » Mé­dard a main­te­nant les cartes en main. « Je vais es­sayer de ne pas re­faire les mêmes er­reurs qu’avant et m’ins­crire dans cette nou­velle ère. Le plus dur reste à ve­nir », conclut-il. LE GROUPE DES 30. Ar­rières :

Avants :

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.