N

Ce qu’il a dit

Le Parisien (Paris) - - LOISIRS ET SPECTACLES - Pro­pos recueillis par EM­MA­NUEL MAROLLE

En no­vembre 2011, à la veille d’un concert de Motö­rhead au Zé­nith, Lem­my nous avait ac­cor­dé une in­ter­view. Mor­ceaux choi­sis.

« On a beau­coup joué en France à la fin des an­nées 1970 et au dé­but des an­nées 1980. C’était une fille dif­fé­rente chaque soir. Je crois que j’ai lais­sé beau­coup d’en­fants chez vous. Et toutes les ma­mans les ont ap­pe­lés Lem­my. »

« Que les gens achètent nos CD ou les pi­ratent, je m’en fous. De toute fa­çon, on a tou­jours eu du mal à en vendre. On de­vrait être nu­mé­ro 1 puisque nous sommes des lé­gendes. Mais plus per­sonne n’achète les disques des lé­gendes. »

« La plus grosse in­fluence de Motö­rhead. Ils ont tout chan­gé, la fa­çon de jouer de la gui­tare, de com­po­ser, de chan­ter. Je les ai tou­jours pré­fé­rés aux Stones. »

« J’ai eu un en­fant avec une pe­tite amie de Len­non. Elle a ap­pe­lé notre fils Paul, c’est bi­zarre pour une ex de John, non ? »

« Un jour, j’ai dit à mon fils : ce n’est pas la peine d’es­sayer la co­caïne, le speed (NDLR : am­phé­ta­mines), c’est bien mieux. » « J’ai 65 ans, la drogue, c’est une par­tie de ma vie, que l’on ne m’em­merde pas. »

« C’est juste des pièces de mé­tal et des fringues, ce­la fait par­tie de l’his­toire. Hey mec ! Re­garde-moi. Est-ce que j’ai l’air d’un putain de na­zi ? »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.