Ré­ser­va­tions en berne dans les res­tos

Le Parisien (Paris) - - LE JOURNAL DE PARIS - É.L.M.

AU RES­TAU­RANT le Lau­mière, dans le XIXe, Ed­dy Zoua­ri, le pa­tron, a été pru­dent. « L’an­née der­nière, on avait fait un me­nu à 160 € avec soi­rée dan­sante. Cette an­née, on a dé­ci­dé de prendre moins de risques avec un me­nu à 95 €, com­pre­nant un crous­tillant de saint-pierre et un pa­vé de veau fer­mier mais pas de soi­rée dan­sante. » Chez lui, comme dans tout Pa­ris, l’am­biance n’est pas vrai­ment à la fête. « A deux jours de la Saint-Syl­vestre, les ré­ser­va­tions ne dé­marrent pas », constate Alain Fon­taine, pré­sident de la com­mis­sion des maîtres res­tau­ra­teurs au Syn­hor­cat (Syn­di­cat des hô­te­liers, res­tau­ra­teurs, ca­fe­tiers et trai­teurs). Une forte baisse liée, se­lon lui, aux at­ten­tats du 13 no­vembre. « On es­time qu’il y a 50 % de ré­ser­va­tions en moins », pour­suit-il. Un chiffre confir­mé par Mar­cel Be­ne­zet, le pré­sident de la branche bars, ca­fés et bras­se­ries du Syn­hor­cat : « C’est une fin d’an­née ca­tas­tro­phique. »

Les res­tau­rants sont af­fec­tés tout comme les hô­tels, les grands ma­ga­sins ou les ba­teaux pro­me­nade. « Les Chi­nois ne sont pas là, les Amé­ri­cains vont sans doute res­ter dans leurs hô­tels… Ré­sul­tat, les res­tau­rants sont dans l’at­tente », com­mente Mar­cel Be­ne­zet. « Tra­di­tion­nel­le­ment, les gens se dé­cident à la der­nière mi­nute. C’est-à-dire qua­rante-huit heures avant la Saint-Syl­vestre. Or, on est dans les dé­lais et les ré­ser­va­tions ne tombent pas », ajoute Ed­dy Zoua­ri. Seuls les res­tau­rants re­nom­més s’en sortent, comme ceux d’Alain Du­casse, au Pla­za Athé­née, qui af­fichent com­plet. Les autres font face comme ils peuvent.

Risques de chô­mage par­tiel

Le Syn­hor­cat a dé­jà or­ga­ni­sé plu­sieurs réunions de crise afin de pré­voir éven­tuel­le­ment les éche­lon­ne­ments des charges de ses adhé­rents. Le re­cours au chô­mage par­tiel du per­son­nel mo­bi­li­sé pour­ra aus­si être en­vi­sa­gé si, le soir du 31, vers 21 heures, les clients ne viennent pas. « On de­man­de­ra à nos em­ployés de ren­trer chez eux », in­dique Mar­cel Be­ne­zet, 65 ans et des an­nées de vie pro­fes­sion­nelle der­rière lui.

Pour­tant, jus­qu’au bout, ils veulent tous y croire. « Même si les tou­ristes étran­gers sont ab­sents, il faut que les Pa­ri­siens sortent. Il faut faire la fête et ou­blier cette an­née 2015 », en­joint Mar­cel Be­ne­zet. Les res­tau­ra­teurs at­tendent ce sur­saut. Les pré­com­mandes de pro­duits frais ont été pas­sées aux four­nis­seurs et c’est jeu­di que les confir­ma­tions se­ront pas­sées. « Si ce­la ne bouge pas un peu, c’est à Run­gis qu’il va y avoir de la casse », pré­voit un res­tau­ra­teur pa­ri­sien. Ed­dy Zoua­ri, dans le XIXe, a dé­jà pré­vu de res­ser­rer les tables pour que la fête soit quand même au ren­dez-vous.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.