Ils re­prennent du poil de la bête

Le Parisien (Paris) - - RÉTRO 2015 - ÉMI­LIE TORGEMEN

LES PAN­DAS, pour­tant connus pour leur manque d’ap­pé­tit sexuel, se sont en­fin dé­ci­dés à croître et à pros­pé­rer. En Chine, seul pays où l’on trouve ces ours noir et blanc, l’au­to­ri­té de ges­tion des fo­rêts a pu­blié cette an­née son der­nier re­cen­se­ment de la po­pu­la­tion pan­da : en 2013, ils étaient 1 864, soit 17 % de plus qu’en 2003. Le Fonds mon­dial pour la na­ture (WWF), dont l’ur­si­dé est la mas­cotte, a sa­lué cette bonne nou­velle : « Cette aug­men­ta­tion at­teste de l’en­ga­ge­ment du gou­ver­ne­ment chi­nois, pris de­puis trente ans, de pro­té­ger les pan­das géants sau­vages », ex­plique Gi­nette Hem­ley, vice-pré­si­dente du WWF. Le pou­voir chi­nois a no­tam­ment pro­té­gé leur ha­bi­tat en sanc­tua­ri­sant d’im­menses fo­rêts de bam­bou.

En 2015, d’autres es­pèces ont re­pris du poil de la bête. « Cette an­née, un cer­tain nombre d’ani­maux, que l’on croyait dis­pa­ru, a re­fait sur­face. On a aus­si dé­cou­vert de nou­velles es­pèces », note Ja­cky Bon­ne­main, de l’as­so­cia­tion Ro­bin des bois. Par­mi les nou­veaux ve­nus, on compte une gre­nouille trans­for­miste en Equa­teur, une tor­tue géante aux Ga­la­pa­gos ou en­core des singes éter­nueurs dans l’Hi­ma­laya.

Cer­taines de nos amies les bêtes ont fait un re­tour in­at­ten­du : la mou­ti­nie de Jer­don, pe­tit oi­seau cen­sé s’être éteint il y a plus de soixan­te­dix ans (en 1941 exac­te­ment), a de nou­veau été iden­ti­fiée dans la cam­pagne bir­mane. Au Con­go, une mère et son pe­tit co­lobe rouge de bou­vier ont été pho­to­gra­phiés. On croyait ce pe­tit singe à barbe rousse peu fa­rouche et très ap­pré­cié des bra­con­niers en ex­tinc­tion de­puis les an­nées 1970.

.) ne jeu Le er ivi Ol / LP (

La Chine a re­cen­sé 1 864 pan­das, soit 17 % de plus en dix ans.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.