Le corps d’une no­na­gé­naire incinéré par er­reur

Le Parisien (Paris) - - FAITS DIVERS -

ELLE SOU­HAI­TAIT être in­hu­mée, mais son corps a été incinéré par er­reur à Saint-Na­zaire (Loi­reAt­lan­tique) et ses en­fants ont por­té plainte. Le corps de la re­trai­tée avait été pla­cé après son décès mi-dé­cembre en case ré­fri­gé­réed’une chambre fu­né­raire et l’in­hu­ma­tion de­vait avoir lieu deux jours plus tard dans un ci­me­tière de la ville, rap­porte « Presse Océan ». Mais la veille, ses en­fants ont ap­pris qu’elle avait été in­ci­né­rée à la place d’un homme trou­vé mort dans la rue quinze jours au­pa­ra­vant. Nor­ma­le­ment, l’iden­ti­té de la per­sonne à in­ci­né­rer est contrô­lée grâce à un bra­ce­let d’iden­ti­té at­ta­ché au poi­gnet du dé­funt, en­ve­lop­pé dans une housse mor­tuaire. Pour vé­ri­fier l’iden­ti­té, il faut ou­vrir la housse. Ce qui n’a pas été fait. Fi­na­le­ment, les cendres de la no­na­gé­naire ont été pla­cées dans un cer­cueil et in­hu­mées. « Mais quand je vais sur sa tombe, j’ai l’im­pres­sion qu’elle n’est pas là », a ra­con­té sa fille au quo­ti­dien nan­tais.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.