« C’est notre ha­ka à nous »

Le Parisien (Paris) - - SPORTS - Pro­pos recueillis par VINCENT PIA­LAT

Bré­sil, la na­tion phare du foot. C’était le match rê­vé, la pre­mière fi­nale de Coupe du monde dis­pu­tée par la France, et cette « Mar­seillaise »-là était char­gée en émo­tion. Et celle que vous n’ou­blie­rez ja­mais à titre per­son­nel ? Pour moi, c’est notre fi­nale de Coupe du monde en 2011 (NDLR : per­due 8-7 face aux All Blacks, en Nou­vel­leZé­lande). Parce que c’était une fi­nale et qu’on était loin de chez nous. On re­pré­sen­tait notre pays. On avait tra­ver­sé des épreuves dif­fi­ciles et on se re­trou­vait mal­gré tout sur la der­nière marche de la com­pé­ti­tion. Et puis les All Blacks ont le ha­ka et j’ai tou­jours pen­sé que notre ha­ka à nous c’était « la Mar­seillaise ». Je trouve que c’est un chant qui va très bien au rug­by, qui est un sport de com­bat. C’est un chant guer­rier, qui re­pré­sente notre pays par­tout dans le monde. Les pa­roles ne me dé­rangent pas parce qu’elles cor­res­pondent à une cer­taine pé­riode. C’est une grande part de notre his­toire, la fon­da­tion même de la Ré­pu­blique dans la­quelle on vit. Ça montre le po­ten­tiel des Fran­çais à se réunir et s’unir pour une cause com­mune. C’est un beau chant. C’est notre hé­ri­tage et il faut le ché­rir plu­tôt que le cri­ti­quer. Se­lon vous, faut-il for­cé­ment la chan­ter ? Moi, je suis fier d’avoir eu l’op­por­tu­ni­té de la chan­ter plu­sieurs fois. Mais c’est à l’ap­pré­cia­tion de cha­cun. Je pense que c’est im­por­tant d’en connaître les pa­roles, mais la chan­ter c’est un choix per­son­nel. Cha­cun fait ce qu’il veut. En ce qui me concerne, j’ai tou­jours consi­dé­ré que c’était une belle oc­ca­sion lorsque tu as la chance de pou­voir la chan­ter, même s’il faut sa­voir gé­rer le mo­ment car, si on lâche tout, on n’a plus d’éner­gie pour ce qui est plus im­por­tant, c’est-à-dire le match. Moi, j’ai tou­jours été content de la re­prendre. C’est un plai­sir et une fier­té. c’était in­croyable, a confié le n° 2 fran­çais au jour­nal ca­rio­ca « O’Glo­bo ». A Rio, j’ai­me­rais de nou­veau ga­gner une mé­daille, en or si pos­sible. » La der­nière mé­daille d’or olym­pique tri­co­lore re­monte à 1920 avec le sacre de Su­zanne Len­glen.

Au­ck­land (Nou­velle-Zé­lande), le 10 sep­tembre 2011. Thier­ry Du­sau­toir gar­de­ra à ja­mais en mé­moire « la Mar­seillaise » chan­tée avant la fi­nale de la Coupe du monde face aux All Blacks.

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.