Com­pé­ti­teur dans l’âme

Le Parisien (Paris) - - SPORT HIPPIQUE - K.R.

car­rière. » Quelques sai­sons plus tard, il a l’op­por­tu­ni­té de re­joindre l’écu­rie de Jean-Paul Mar­mion. « En 2012, je me lan­çais en tant que pres­ta­taire de ser­vice et je lui ai pro­po­sé mes ser­vices, in­dique An­toine. An­tho­ny Bar­rier était le dri­ver at­ti­tré, mais ce­la ne me po­sait pas de pro­blèmes. » Ce choix était ris­qué mais payant. « Tra­vailler pour Jean-Paul m’a per­mis de prendre une nou­velle di­men­sion. Il sait nous mettre en confiance. Le ma­tin, nous ne fai­sons que trot­ter, pour ain­si dire. Et l’après-mi­di, on va ré­gu­lière- ment aux courses. Et, quand tu portes cette ca­saque, tu te fais re­mar­quer. Si tu es mo­ti­vé, tu as tout pour réus­sir. »

Une sé­pa­ra­tion pro­fi­table

De­puis presque un an, An­tho­ny Bar­rier et Jean-Paul Mar­mion ont pris leurs dis­tances. Une sé­pa­ra­tion grâce à la­quelle An­toine Wiels a pris une nou­velle am­pleur. « J’ai fait une très bonne an­née, concède-t-il. J’ai rem­por­té plus de courses pour Jean-Paul avec des pou­lains qui étaient en re­tard de gains. En contre­par­tie, j’étais moins dis­po­nible pour l’ex­té­rieur. » D’ailleurs, son score de l’an­née est sur­pre­nant, avec 49 suc­cès à l’at­te­lé contre 20 au mon­té, alors qu’il est bien plus confir­mé en tant que jo­ckey.

A 27 ans, ce père de deux en­fants ap­proche des 400 suc­cès à grands pas. « J’au­rais bien ai­mé pas­ser ce cap avant la fin de l’an­née, mais ce se­ra dur. En tant que pres­ta­taire de ser­vice, mon ob­jec­tif est d’être le plus ré­gu­lier pos­sible. Une an­née creuse et ça peut être la ca­tas­trophe. Si je me main­tiens à 60 suc­cès par an, ce se­ra très bien. Le reste se­ra du bo­nus. Il y au­ra éga­le­ment la pos­si­bi­li­té de par­ti­ci­per au Cor­nu­lier avec AME­RI­CAINE. Si elle a as­sez de gains, elle ne se­ra pas ri­di­cule. » Ce se­rait l’oc­ca­sion pour An­toine de ga­gner un pre­mier Groupe I, après six vic­toires au ni­veau Groupe II.

En at­ten­dant, il au­ra trois par­tants ce ven­dre­di. « BEL­LA DOLCE SE­RA­TA (1re course) n’a pas ai­mé être dé­fer­rée. Elle a sa place dans les trois. Dans le quin­té (2e), TEM­PÊTE D’HER­MÈS de­vrait faire l’ar­ri­vée, mais pour ga­gner ce se­ra dur. Ma meilleure chance se­ra AR­MÉ­NIE DU LU­PIN (3e), si elle reste au trot. »

Newspapers in French

Newspapers from France

© PressReader. All rights reserved.